Rejoignez nous !

Interview

Ce que pensent les supporters adverses du LOSC

Rédacteur Ponctuel

Publié

le

Crédit photo : Imago

Premier du championnat avec deux longueurs d’avance sur le PSG, encore en lice sur tous les tableaux, le LOSC impressionne les suiveurs du foot français. Mais qu’en est-il des supporters des autres clubs ?

Le Petit Lillois donne la parole à des supporters de clubs français ou européens. Projet, transferts, meilleurs joueurs… Découvrez ce que pensent les supporters adverses du LOSC !

Un supporter d’un concurrent direct : L’Olympique Lyonnais

Lucas est né et a grandi à Lyon. Supporter lyonnais depuis le début des années 2000, il a imité son père qui était supporter avant lui. Il a depuis déménagé dans le Nord, ce qui ne l’empêche pas de continuer de suivre de très près ce qui est son club de coeur « depuis toujours, et pour toujours ».

Quelle image avais-tu du LOSC ces dernières années ?
Je voyais Lille comme une équipe qui joue bien au foot, avec un jeu porté vers l’attaque. Quand on va voir le LOSC, on sait qu’on va voir un bon match en tant que spectateur. Galtier est probablement le meilleur entraîneur de Ligue 1, puis pour les transferts c’était costaud avec Campos qui a fait du très bon boulot, en allant chercher des joueurs inconnus qui ont eu des rendements sportif et financier très intéressant.

Jusqu’où voyais-tu aller le LOSC avant le début de la saison ?
Je pense que si on m’avait demandé j’aurai « prédit » le podium actuel, pas nécessairement dans le même ordre mais c’est bien ces équipes-là qui me paraissaient les mieux armées. Lille a un bon effectif, ils n’ont pas de Ligue des Champions et la C3 paraît plus simple, plus facilement gérable. Ils ont perdu Osimhen, mais le cœur de l’équipe est resté et il y a eu de très bonnes pioches, à l’image de Botman.

La moitié de la saison est passée, ton avis a-t-il changé ?
Cette année Paris est un cran en-dessous, mais malgré tout je les vois aller au bout. Sur le papier c’est la meilleure équipe. Reste le « facteur X » qu’est la Ligue des Champions, ça dépend beaucoup de leur parcours aussi. Pour Lille, je pense qu’ils seront difficiles à sortir du championnat, les derniers matchs Lille ne joue pas bien mais ça reste solide, ça ne prend pas de buts, c’est clinique, quand ils ont deux occasions, ça fait deux buts, ce qui n’est pas toujours le cas de Lyon. Ça me fait mal mais je pense que Lille finira devant Lyon. Il y a une telle solidité défensivement, ça fait la différence, ça permet de ne pas perdre.

Quel regard portes-tu sur l’évolution du projet lillois ?
Je suis assez inquiet pour le LOSC. Luis Campos avait l’air de tenir une place extrêmement importante, peut être même plus importante que certains joueurs. Le calcul est facile : avec Campos, c’était une réussite totale, financièrement et sportivement. Ça fait un peu peur pour cet été. Vu de l’extérieur, c’est rarement bon signe que son président soit viré… En revanche, je pense que Létang est un bon choix, mais il n’empêche que s’il a des consignes, il les appliquera. Paradoxalement, je pense que cette période du Covid va permettre un certain « tri », tous les clubs qui dépendaient des transferts et des droits TV vont en prendre un sacré coup. Ça va clairement rabattre les cartes. Je pense que ça peut être bénéfique pour Lyon. Il y a le stade, les gens vont revenir, il n’y aura pas obligation de vendre. Ça dépend du choix de l’entraîneur, mais Lyon va être très bien armé, la doublette Juninho – Aulas est très compétente, à part l’erreur de casting Sylvinho, pour l’instant c’est très positif. Je pense que le meilleur est à venir pour l’OL. Pour le LOSC, on verra bien.

On parle souvent de la relation Lille – Lyon en ce qui concerne les transferts. Pas mal d’anciens Lillois sont arrivés au club que ce soit sur ou en dehors du terrain. Cette relation, c’est plutôt bénéfique pour Lille ou pour Lyon ?
C’est du « 50/50 ». Au début, parmi les premiers trajets, il y a Kader Keita recruté pour une somme énorme à l’époque. Clairement, on s’est fait avoir, il a été mauvais à Lyon. Mais par ailleurs il y a aussi eu pas mal de réussite. Abidal par exemple, ou encore Makoun, Bodmer, Bastos et plus récemment Terrier qui n’ont pas été mauvais. Le président du sponsor de Lyon était le frère du président Seydoux, ça explique aussi pourquoi il y avait des bonnes relations entre les deux clubs. On a l’impression que Lille sait quand même très bien vendre, ils ont un talent pour sur-vendre certains joueurs, et Lyon s’est fait berner plus d’une fois. Une fois sur deux c’est bien, l’exemple typique c’est Mendes, qui après avoir eu une année compliquée, a su se remettre dedans, alors que Youssouf Koné, arrivé avec lui, a été une catastrophe. En ce qui concerne les entraîneurs, il y a d’abord eu Puel. Il était caractériel, avec des jeunes à Lille ça allait mais avec des stars c’était plus compliqué. A sa décharge, on lui a retiré Benzema et Juninho dans la foulée de son arrivée. Quant à Garcia, il remplit bien le rôle de pompier de service.

 

Un supporter d’un club rencontré en Europa League : l’AC Milan

Roland, rédacteur en chef du site AC Milan – Zone est un supporter milanais élevé au Milan d’Ancelotti. Son premier souvenir ? La finale de Champions League 2003 contre la Juventus. Depuis, ça ne s’est pas arrêté, des grandes années jusqu’à 2008, aux saisons les plus compliquées de 2013 à aujourd’hui. Le site existe depuis 2007, et Roland y écrit depuis 2014. Il n’est pas le seul à avoir donné son impression : le compte twitter « Milan Actu » a également répondu.

En décembre dernier, le désormais ex-président du LOSC était renversé par Elliott management, qui reprenait les rênes du club avant de les céder à un fonds similaire, probablement proche d’Elliott : Merlyn Partners. Une situation en tout point similaire s’est déroulée à Milan il y a trois ans, qu’en est-il du projet du club ?
AC Milan – Zone : Le fonds Elliott s’est retrouvé avec le Milan entre ses mains sans trop le vouloir. C’est un fonds vautour qui n’a aucun lien avec le sport, qui a plutôt tendance à travailler avec des entreprises classiques et même des États. Initialement, la situation semblait donc très floue puisque l’on se demandait si ce fonds allait vraiment se donner les moyens de gérer un club comme le Milan. La famille Singer a fait le choix de confier la direction du club à Ivan Gazidis, ancien d’Arsenal, afin d’en faire un véritable actif viable. Il y a eu un grand ménage dans la direction du club et le fonds a placé ses éléments. Les Singer ont toutefois compris qu’un club comme le Milan n’est pas comme les autres et ont œuvré aux retours d’anciens du club, dont Leonardo et surtout Paolo Maldini. Le fonds Elliott n’est clairement pas là pour rester mais ne va toutefois pas chercher à vendre à tout prix : il faut d’abord que le Milan soit « présentable » avant d’être vendu, ce qui passe par un classement sportif retrouvé, une situation financière assainie et des actifs intéressants (jeunes joueurs à fort potentiel, projet de nouveau stade).

Le LOSC a sauvé l’honneur des clubs français en lice en Coupe d’Europe en allant gagner dans le mythique San Siro. Qu’avez-vous pensé de la double confrontation Lille – Milan ? Y-a-t-il des joueurs qui vous ont marqué plus que d’autres dans les rangs lillois ?
Milan Actu : Tout d’abord je pense que vous avez une vraie bonne équipe. Une profondeur d’effectif digne d’un club qui peut accrocher le PSG jusqu’à la fin. Votre milieu en témoigne d’ailleurs (Renato, André, Xeka, Soumaré). Je pense aussi que vous avez beaucoup de chance d’avoir Galtier en tant qu’entraîneur. C’est un des meilleurs coachs du championnat et il a su s’adapter à ses adversaires comme contre le Milan où nous n’avons pas existé dans le jeu.

A lire aussi :  Le débrief de FC Metz – LOSC en cinq points

AC Milan – Zone : Le match aller contre Lille a mis fin à une très longue série d’invincibilité mais l’entraîneur Stefano Pioli (voire certains de ses joueurs ?) semblait avoir vraiment sous-estimé l’adversaire, avec un certain turnover qui peut aussi s’expliquer par le calendrier hyper chargé lié au Covid. A l’inverse, le LOSC était venu hyper préparé et avec le bon état d’esprit pour réaliser l’exploit. Le LOSC de Galtier a finalement été assez fidèle à lui-même, là où le Milan n’a pas répondu présent. A l’aller, Renato Sanches avait vraiment été énorme, bien loin du joueur médiocre qu’il était devenu au Bayern (et que le Milan suivait d’ailleurs en 2018). C’était l’homme clé du match, peut-être plus que Yacizi malgré son triplé. Au retour, le Milan a abordé le match bien plus sérieusement, preuve que la leçon avait été retenue, malgré un gros turnover une nouvelle fois. Le LOSC semblait lui-même moins inspiré, sachant peut-être que la confrontation directe serait tout de même à son avantage.

Ce fut l’occasion pour le LOSC de retrouver des anciens joueurs : Kjaer et Leao. Souhalio Meïté est même arrivé cet hiver. Que deviennent-ils au Milan AC ? Ca rassure de voir un joueur qui a réussi au LOSC arriver à Milan ?
Milan Actu : Leao est phénoménal. Il a une capacité de progression absolument folle. C’est un cauchemar pour les défenses. Il est d’ailleurs en ce moment entrain de doucement s’imposer en tant que titulaire important. Kjær est vraiment la surprise. Arrivé en janvier 2020, il a absolument tout changé en défense, au point de chiper le poste de meilleur défenseur du Milan à Romagnoli, et de loin. Sa présence sur le terrain est aussi extrêmement importante car il donne des conseils aux jeunes défenseurs centraux comme Tomori ou Gabbia. Quand à Souhalio Meité, je ne suis pas sûr de lui… Il est arrivé en prêt avec option d’achat. Il n’a pas livré de bonne performance pour le moment. Je lui laisse encore un petit mois de doute avant de me faire un avis, mais pour le moment, ce n’est pas vraiment positif.

AC Milan Zone : Kjær est une vraie bonne surprise. Il est arrivé en prêt en janvier 2020 après avoir passé 6 mois sur le banc de l’Atalanta, ce n’était pas forcément rassurant. Ses débuts ont d’ailleurs été plutôt moyens. A la reprise du championnat en juin après le confinement, il s’est affirmé comme un patron de l’équipe et un excellent défenseur. Certes, il connaissait déjà bien le championnat mais son niveau a vraiment été surprenant. C’est à se demander s’il a déjà été aussi bon dans sa carrière… Toutefois, depuis le début de l’année 2021, il marque un peu le pas physiquement, il semble avoir une douleur chronique au dos qui l’empêche d’être aussi bon que sur la période juin-décembre 2020.

C’est plus compliqué pour Leão. Il est arrivé avec l’étiquette du joueur remplaçant au LOSC (avec tout le respect) pour presque 30M€. Il était présenté comme un attaquant axial mais il n’a pas donné satisfaction à ce poste, il s’est montré bien plus à son avantage en partant de l’aile gauche. Sa première saison a été compliquée, dans une équipe à la ramasse de septembre 2019 à mars 2020. Qui plus est, son attitude n’était vraiment pas la bonne : un geste réussi ne suffisait pas à compenser des marquées par une nonchalance irritante au possible. Il s’est un peu amélioré sur ce point ces dernières semaines mais il est encore beaucoup trop intermittent, il peut traverser des rencontres complètes comme un fantôme. Il fait de plus en plus penser à Balotelli : des fulgurances de talent au milieu d’une inconsistance rare.

Meïté lui est arrivé en prêt il n’y a même pas un mois en provenance du Torino à la lutte pour le maintien où il était abonné au banc cette saison. Il est venu avec le statut de joueur de rotation mais ses prestations depuis son arrivée sont toutes plus décevantes les unes que les autres. Il ressemble de plus en plus à une grotesque erreur de casting. Pour un club comme le nôtre, ce n’est pas forcément hyper rassurant de piocher au LOSC, qui n’était pas forcément hyper intéressant avant 2019. Au contraire, des joueurs du LOSC actuel comme Sanches ou Botman peuvent être de véritables bonnes pioches.

 

Un supporter d’un rival historique : le RC Lens

Du haut de ses 19 ans, Yael est né dans une famille de supporters lensois. Baigné dans la passion pour les « Sang et Or », il supporte l’adversaire historique du LOSC depuis son plus jeune âge.

Avant le début de saison, tu avais quelle image du LOSC ?
Je pense que je suis parti avec pas mal de certitudes sur le LOSC : je savais que c’était une équipe assez solide, habituée à côtoyer le haut de tableau depuis un certain temps (malgré le passage à vide sous Bielsa). En bref, je m’attendais à retrouver une équipe qualitative techniquement parlant, et tactiquement très organisée; un prétendant aux cinq premières places en somme. La rivalité entre les clubs ne m’a pas aveuglé : je savais que Lille était un gros morceau.

D’un point de vue de supporter lensois, comment on voit la saison du LOSC ? Il y a de la jalousie ou au contraire une certaine fierté pour la région ?
Je sais que certains supporters lensois ne sont pas très contents à l’idée de voir Lille caracoler en tête, ce n’est pas vraiment mon cas. Je ne dirais pas que je suis indifférent, mais je suis plutôt d’accord avec l’expression « que le meilleur gagne » : si le LOSC est champion, c’est qu’il l’a mérité j’imagine. Bien évidemment, les bonnes performances conjuguées de Lens et de Lille me font plaisir, elles mettent en lumière notre région. Je pense qu’elle le mérite.

Les entraîneurs français sont très souvent la cible de critiques dans les médias. Mais à Lille comme à Lens, les deux entraîneurs sont français et sont adoubés pour le jeu qu’ils arrivent à développer avec leurs équipes respectives. Tu en penses quoi ?
A mon avis, ce débat n’a pas lieu d’être : si un entraîneur est bon, qu’importe sa nationalité ? Franck Haise et Christophe Galtier ont une certaine alchimie avec leur effectif qui fait que tout marche bien. Ils ont tous les deux trouvé le dispositif qu’il fallait en fonction des joueurs à leur disposition et savent utiliser intelligemment leurs bancs (il y a de la profondeur de banc des deux côtés). Ce qui me révolte, en revanche, c’est que l’on continue à faire confiance à certains entraîneurs (et pour le coup ils sont souvent français…) qui ne prouvent plus depuis longtemps, ne sont employés que pour jouer le maintien, réclament des salaires exorbitants et empêchent des entraîneurs fraîchement diplômés d’éclore. Et puis il faut dire que tactiquement, ce n’est pas très souvent fantastique… Parfois, j’ai mal à mon foot.

A lire aussi :  Le débrief de FC Metz – LOSC en cinq points

Le changement de projet qui a eu lieu en décembre au LOSC pourrait bien chambouler l’avenir du club. Qu’en penses-tu ?
Je ne m’intéresse pas vraiment à ce qui ce passe en interne au LOSC, je dois l’avouer. J’ai survolé ça vraiment rapidement. De toute manière à Lens, on sait bien que les changements de projet sont à double tranchant : entre le projet Mammadov il y a quelques années et le projet Oughourlian en place actuellement, c’est la nuit et le jour. J’espère pour vous que ça se passera bien, il serait temps que le PSG ait de la concurrence et que la Ligue 1 redevienne compétitive. Donc peu importe d’où vient le changement, tant qu’il améliore notre championnat, je prends.

Tu vois le RCL aller titiller le LOSC dans les prochaines années, ou y a-t-il trop de retard entre les deux clubs ?
Je ne veux pas trop me projeter. On fait une belle saison, le maintien est presque assuré : le temps est au beau fixe. Pour l’instant je n’en demande pas plus. On verra ce que les prochaines saisons nous réservent, mais je suis plutôt optimiste. Mais qu’est-ce qui nous empêche d’embêter le LOSC sur un match ? Tout peut arriver pendant un derby, non ?

 

Un supporter de l’ancien club de Létang : le Stade Rennais

Le site de supporters rennais RougeMémoire.com, spécialiste du club breton, a répondu à nos questions.

Quelle image avais-tu du club avant le début de la saison ?
L’image d’un concurrent habituel pour les places européennes avec toujours une supériorité lilloise sur le papier sur la ligne de départ.

En début de saison, on parlait beaucoup (en bien) des projets lillois et rennais, qui étaient vus comme de possibles concurrents à l’ogre parisien. La moitié de la saison est maintenant passée, qu’en est-il selon toi ?
Par sa régularité dans les résultats, le LOSC est plus solide que le Stade Rennais cette saison. Sur la double confrontation, ça se joue à peu de choses. Le match aller on peut l’emporter si le poteau de Terrier en fin de match va au fond. Au match retour, on n’a pas à rougir mais le nul n’aurait pas été totalement immérité. La différence se fait davantage sur tous les autres matchs où même moins bon, le LOSC arrive à prendre des points. Dès que ça ne va pas super de nôtre côté, le compteur points ne tournent pas ou peu.

Quel regard portes-tu sur l’évolution du projet lillois en comparaison de celui de Rennes ?
L’investissement n’est pas le même. À tort ou à raison, Lille a investi à perte et attend ses retours sur ses investissements et plus values. Ce n’est pas le même modèle à Rennes. Ces investissements sont souvent décisifs avec des talents supérieurs qui font basculer des matchs. Je pense que l’écart se mesure là. Car le Stade Rennais est allé chercher un titre en 2019 et 3 qualifications européennes consécutives ce qui est inédit pour notre club vieux de 120 ans. Pendant ce temps, Lille est allé chercher une 2ème place en Ligue 1, ce que l’on a jamais fait et est en course pour le titre cette année. Le Stade Rennais est passé devant Lille cette année à l’indice UEFA. Les dynamiques sont bonnes des deux côtés sur le moyen terme mais avec des schémas économiques différents.

Quel regard portes-tu plus généralement sur la saison lilloise (vu de l’extérieur) ?
La régularité des résultats lillois est honorable cette saison. Le coach et la qualité des joueurs offensifs y sont pour beaucoup à mon avis. Lille peut embêter le PSG jusqu’au bout cette saison dans la course au titre avec un décisif et passionnant PSG – LOSC à venir. En tout cas, je ne vois ni Lyon ni Monaco en capacité de jouer le titre jusqu’à la fin, le LOSC oui.

Pas mal d’anciens Rennais sont arrivés au club que ce soit sur ou en dehors du terrain (André, Armand, Létang) ? Quelle image gardes-tu d’eux ?
Benjamin André est un joueur mémorable au Stade Rennais. Arrivé sur la pointe des pieds, sous exploité sous Montanier et Gourcuff et magnifié avec Lamouchi et Stéphan. C’est le joueur dont toute équipe rêve pour son équilibre collectif et l’état d’esprit général. Olivier Létang avec ses qualités et ses défauts est le président qui a redimensionné le club et donné le coup de fouet qu’il lui manquait, à jamais dans notre légende. Quant à Sylvain Armand, j’ai un avis plutôt mitigé, son rôle au Stade Rennais n’était pas très lisible. Je ne sais s’il le sera plus à Lille.

Létang souhaiterait mettre de nouveau la formation au premier plan. En parlant de formation lilloise, que devient Martin Terrier ?
Il vit au rythme de l’équipe et a clairement besoin du collectif pour s’exprimer. Lorsque que l’équipe tourne il est là et inversement. Beaucoup de qualités affichées mais pas dans la durée jusqu’à présent.

 

Un supporter d’un club partenaire cette saison : Boavista

José* est supporter de Boavista depuis plus de 20 ans. Il nous a confié tout le bien qu’il pensait du LOSC.

Avant le rachat du club par Gérard Lopez, qu’est ce que tu pensais du LOSC ? C’était un club que tu suivais un peu ?
J’ai commencé à suivre Lille depuis seulement deux ans quand ils ont commencé à lutter contre les grands clubs de France. Avant cela, je ne suivais pas beaucoup le club mais désormais le LOSC est un club que j’aime et j’espère qu’il aura beaucoup de succès à l’avenir.

Maintenant que des liens se sont établis entre les deux clubs, suis-tu activement le LOSC ?
Je ne suis que les résultats de Lille et j’espère que ce club, qui s’est récemment battu pour le maintien, pourra continuer de lutter contre les grands clubs en France.

Il y a quelques mois, Gérard Lopez, ancien président du LOSC, a racheté Boavista. Comment as-tu accueilli la nouvelle ?
J’ai reçu la nouvelle avec plaisir mais aussi avec une certaine crainte. Boavista, ça signifie beaucoup pour nous les supporters, et lorsqu’une telle décision est prise, les choses peuvent aussi bien se passer qu’elles peuvent mal tourner.

Après 7 mois, que tires-tu de ce « partenariat » ? Quel bilan pour les joueurs prêtés ?
Pour moi, Léo Jardim est un gardien de but assez basique, parfois il fait de bons arrêts mais il a encore beaucoup de chemin à parcourir. Angel Gomes est un crack ! Il a beaucoup de potentiel et est un véritable magicien match après match, sans aucun doute la meilleure recrue de Boavista cette saison.

Enfin, le LOSC est-il suivi au Portugal ?
Lille est un club dont on parle de plus en plus au Portugal, notamment grâce à certains joueurs portugais qui y jouent mais aussi parce que ces dernières années ils se sont battus pour le podium en Ligue 1. C’est un club dont on parle de plus en plus ici non seulement pour ses résultats et ses joueurs mais aussi grâce à Boavista.

*L’intervenant a souhaité répondre anonymement. Son prénom a donc été remplacé.

Joseph da Rocha Carneiro

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Êtes-vous inquiet sur le niveau de Jonathan David suite à son début de saison ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR