Rejoignez nous !

Match

Zoom sur le Toulouse FC : un promu joueur et athlétique

Pierre-Louis Clavel

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Construite pour être performante en Ligue 1, la formation toulousaine a confirmé les espoirs placés en elle en montrant de belles promesses dans ce début de saison. Adepte du 4-3-3, Philippe Montanier a fait évoluer son équipe à cinq défenseurs à deux reprises lors des trois dernières journées.

Les premières sorties du Téfécé se sont révélées positives. Athlétiques et capables de tenir le ballon, les Violets sont dans le combat pour leur retour dans l’élite française. Le dernier champion de Ligue 2 a très vite impressionné dans l’intensité physique en dominant notamment Nice dès la première journée malgré un match-nul (1-1). Après cinq points glanés sur les neuf premiers possibles, la dynamique toulousaine s’est enrayée à Nantes (défaite 3-1) suite à un non-match du promu, qui a manqué de tranchant offensif ce jour-là. C’est le principal « point faible » d’une équipe peu expérimentée qui a par ailleurs perdu sur blessure son meilleur buteur de la saison dernière, Rhys Healey, ainsi que son détonateur sur les ailes, Rafael Ratao. Cette contre-performance a entraîné un passage à cinq défenseurs face au PSG (J5) puis contre Reims (J7) le week-end passé, deux équipes qui évoluent également à cinq derrière. Face aux Champenois, Toulouse a obtenu son deuxième succès de la saison en s’imposant un but à zéro à domicile.

L’alternance entre le 4-3-3 et le 3-4-3

Ce changement tactique (voir ci-dessous) avait pour premier objectif de bloquer les ailes face à une équipe rémoise dangereuse en contre-attaque. Les habituels latéraux toulousains ont marqué strictement les pistons adverses, avec succès. Cela s’est d’ailleurs traduit par un clean-sheet. Cependant, les Toulousains figuraient moins à l’aise à la relance qu’à l’accoutumé. Le gardien de but Maxime Dupé a multiplié les relances imprécises alors que Branco Van den Boomen, l’habituel organisateur du jeu, semblait trop haut sur le terrain. La décision s’est faite sur une transition réalisée à la perfection par la ligne d’attaque toulousaine. Aligné sur l’aile gauche, le jeune milieu de terrain Chaïbi a hérité d’un ballon dans l’axe et a trouvé un relais avec l’attaquant Dallinga, pour ensuite servir parfaitement Aboukhlal, clinique sur la finition. Le changement tactique a finalement porté ses fruits pour un TFC réaliste. Sans forcément s’imposer (match-nul contre Nice et Lorient, défaite à Clermont pendant l’avant-dernière), Toulouse a déjà montré plus de domination dans le jeu cette saison en évoluant dans son habituel 4-3-3. Ce système (voir ci-dessous) s’apparente à un 4-2-3-1 en phase offensive avec un électron libre, Dejaegere, qui tente de combiner rapidement avec les ailiers et Dallinga pour trouver des décalages dans les petits espaces. Plus bas, le technicien Van den Boomen est lui une véritable arme sur longs ballons et bénéficie des appels à répétitions dans la profondeur des trois attaquants. Ce style de jeu offensif a montré ses limites contre le Clermont Foot, positionné en bloc bas, qui a piégé le TFC en contre-attaque (2-0).

le 3-4-3 toulousain contre Reims à la J7 et le 4-3-3 toulousain contre Clermont à la J6

Van den Boomen, leader d’un promu ambitieux

Formé à l’Ajax Amsterdam, Branco Van den Boomen s’est replié sur la deuxième division néerlandaise pour lancer sa carrière. Après trois saisons pleines en Keuken Kampioen Divisie, le milieu créateur a tapé dans l’œil du TFC, grand amateur des prospects des championnats mineurs en Europe depuis sa descente en Ligue 2. Alors âgé de 25 ans, le Néerlandais s’est très vite imposé en France, devenant le grand leader de la formation toulousaine, championne du deuxième échelon français la saison dernière. Aligné à un poste de milieu relayeur dans le 4-3-3 toulousain, le « Kevin de Bruyne néerlandais » a complètement explosé au niveau statistique en inscrivant 12 buts et 21 passes décisives en championnat, devenant par la même occasion le meilleur passeur sur une saison de Ligue 2. Si le numéro 8 toulousain est un distributeur de galettes hors pair depuis son arrivée en France, l’ancien joueur du FC Eindhoven affiche aussi une grosse présence athlétique et ce, même en Ligue 1. Au milieu de terrain, Van den Boomen est la pierre angulaire d’une équipe joueuse et athlétique qui peut nouer des ambitions fortes pour son retour dans l’élite.

Après son revers à Marseille, le LOSC souhaite se relancer à domicile face au promu toulousain, qui possède deux points de retard sur le club lillois. Lors de son dernier déplacement dans le Nord de la France, le TFC de Bafodé Diakité s’était incliné trois buts à zéro il y a deux ans et demi.

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

José Fonte réitérera-t-il une saison sans manquer une seule minute ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR