Rejoignez nous !

Professionnels

Edito hebdomadaire : Le changement, c’est (vraiment) maintenant !

Pierrick Moniot

Publié

le

Crédit photo : Icon Sport

L’année dernière, nous réalisions un édito concernant l’arrivée de Jocelyn Gourvennec, en évoquant un changement plausible dans la foulée. Malheureusement, la suite n’a pas été belle avec une saison en demi-teinte entre visage convaincant en Ligue des Champions, et visage décevant en Ligue 1. Après la première journée de cette nouvelle saison, le changement espéré la saison dernière est en train de s’opérer. Mais va-t-il perdurer ?

Le dernier match au Stade Pierre Mauroy, maintenant appelé Décathlon Arena – Stade Pierre Mauroy, remontait au mois de mai dernier. Une rencontre loin d’être restée dans les mémoires, malgré la prestation correcte des Dogues face au Stade Rennais (2-2). Une indifférence symbole d’une saison soporifique en championnat, avec une dixième place qui fait tache, un an après un titre de champion historique pour le club. Alors, dès la fin de la rencontre, le récit commun entre le LOSC et Jocleyn Gourvennec prenait fin dans la tête des supporters, en attendant une nouvelle histoire plus joyeuse. Si les premières semaines pouvaient paraître inquiétantes avec un licenciement tardif de Gourvennec, celui qui allait être l’homme du changement arrivait enfin. Paulo Fonseca, Portugais de 49 ans et réputé dans le milieu pour être un grand amateur du jeu offensif et léché. Une bouffée d’air frais pour les suiveurs du club lillois, qui espèrent le retour de la marche en avant de leur club. Si la préparation n’a pas calmé les enthousiastes, ni même enflammé les pessimistes, les différences étaient visibles. On a pu voir des performances irrégulières contre des formations principalement hispaniques, mais pas inintéressantes. La patte Fonseca s’est mise en place tout doucement, avec l’horizon d’un avenir meilleur, en se délectant des premières combinaisons ou sorties de balles proposées par les hommes en rouge.

A lire aussi :  Le programme international du LOSC ce dimanche 25 septembre

Exit 2021-2022 et le 4-4-2, place à 2022-2023. Nouvelle pelouse, nouveau nom, nouveau coach et nouvelle ère. Comme un signe du destin indiquant que le club va dans la bonne direction, la 38e seconde de la première rencontre voit le LOSC prendre l’avantage au score sans jamais le lâcher. Quatre-vingt-dix minutes de bonheur plus tard, joueurs et public communiaient ensemble en l’honneur d’un changement naissant, dont les prémices se sont montrées visibles en un après-midi. Parce que le résultat est une chose, mais bien jouer en est une autre. Tout semblait huilé. Des mouvements dans tous les sens avec des hommes consciencieux et motivés à faire mal à l’adversaire. Un Cabella infatigable, un Bamba impliqué, un Zedadka souvent trouvé et un Jonathan David étincelant ont marqué la rencontre face à un Auxerre résigné assez vite. Les plus mesurés évoqueront une victoire logique face à un promu en pleine découverte, mais l’essentiel n’est pas là. Juste de voir du jeu léché, un groupe joyeux et impliqué suffit pour le moment à donner du plaisir et le sourire à un peuple lillois qui ne demande qu’à retrouver les étoiles. 

2 commentaires

2 Comments

  1. Bachelle

    9 août 2022 at 00:34

    Bonsoir, c’est une saison qui commence bien. J’ai apprécié les changements effectués l’année dernière, les renforts étaient de qualité mais l’effectif n’a pas été géré à bon escient. Manque de confiance? Manque de vision de jeu? Manque d’audace ? Ici, il est clair que nous avons un projet de jeu et que les joueurs savent ce que l’on attend d’eux !
    Qu’ils prennent plaisir à jouer ensemble! Qu’il ne faut rien lâcher ! Mais cela d mande beaucoup de conditions physiques et de concentration collective ! Bravo au Président et ses collaborateurs pour leur travail de recherches pour la qualité des recrues , l’entraîneur évidemment et les nouvelles recrues( jeunes avec potentiel de progression et ancien avec expérience et professionnalisme)

    • Bajeux

      10 août 2022 at 15:09

      Sur le fiasco, à vite oublier, de la saison passée, le Président endosse une double responsabilité , celle d’avoir recruté un entraîneur dont le profil était mal choisi, peut-être dans un souci financier , ce qui expliquerait cette bévue…
      Et celle de ne l’avoir pas limogé lorsqu’il était encore temps pour sauver l’essentiel.
      Bravo,et merci, dans son choix pour cette saison,mais le passé n’est pas rattrapable.
      On y trouve une adhésion physique ET morale de TOUS et l’acceptation de donner sans tarder leur chance aux plus jeunes.
      Une ère nouvelle s’entrouvre pour le Losc!

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

José Fonte réitérera-t-il une saison sans manquer une seule minute ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR