Rejoignez nous !

Professionnels

Face à Cadiz, le LOSC avait un schéma adapté au profil de ses joueurs

Rayan Bja

Publié

le

Crédit photo : LOSC Médias

Pour son dernier match de préparation, Paulo Fonseca a aligné une équipe qui devrait ressembler à celle qui débutera à Auxerre le 7 août prochain. Retour en quelques points sur l’animation lilloise lors de cette rencontre.

L’adaptation aux joueurs comme guide de l’animation

Alors que Gabriel Gudmundsson manquera la première journée de Ligue 1 pour cause de suspension, le coach portugais a décidé d’aligner Tiago Djalo à sa place, ce qui l’a obligé à adapter son schéma de jeu. Si le LOSC évoluait en 4-2-3-1 sans ballon, l’équipe se déformait en 3-4-2-1 lorsqu’il récupérait la possession, permettant à Djalo de retrouver l’axe tandis que Bamba et Zedadka s’occupaient de l’animation dans les couloirs pour avoir des joueurs dans leurs zones de prédilection. David et Gomes se rapprochaient de Bayo alors qu’André et Baleba venaient former un double-pivot à la fois intéressant pour les sorties de balle mais aussi pour aller récupérer les ballons dans le camp espagnol.

Animation lilloise face à Cadiz sans ballon (à gauche) et avec (à droite)

Un pressing haut qui aura tenu 30 minutes

Dès l’entame du match, les Dogues ont directement imposé leur supériorité par une grosse possession et une volonté d’aller récupérer le ballon assez haut sur le terrain. Des intentions qui auront coûté physiquement à plusieurs lillois encore justes sur le plan athlétique. Après avoir étouffé les espagnols, les joueurs de Paulo Fonseca ont peu à peu desserré l’étreinte et ont manqué de rigueur collective, notamment en deuxième mi-temps. Un manque de continuité collective qui a entraîné des difficultés individuelles, à l’image de José Fonte, souvent pris dans son dos et symbole d’une défense moins bien protégée par un bloc équipe qui se détériorait au fil des minutes. L’entrée d’Edon Zhegrova et Timothy Weah sur les ailes offensives a permis de rétablir cela sur le plan défensif.

A lire aussi :  Fernando D’Amico (ex-LOSC) réagit aux déclarations d’Antoine Kombouaré sur Ludovic Blas

Des sorties de balle travaillées… et risquées

S’il y a bien eu un élément commun à chacune des rencontres amicales disputées du côté de Marbella, il s’agit des sorties de balle avec toujours la même ambition : attirer l’adversaire dans le camp lillois pour le surprendre dans son propre camp avec des espaces dans les intervalles. Une volonté exécutée à la perfection lors de la première mi-temps, notamment par l’intermédiaire du trio au milieu de terrain composé de Baleba, André et Gomes. Les trois joueurs ont été très bons dans leur orientation du jeu et dans leur capacité à résister à la pression exercée par Cadiz. Et sans l’un d’eux, cela a été beaucoup plus difficile puisqu’à la sortie du jeune anglais en début de deuxième mi-temps, les Dogues ont eu toutes les peines du monde à réussir à faire ce qu’ils ont parfaitement réussi lors du premier acte.

En conclusion, dans une animation hybride, Lille a laissé entrevoir de belles promesses et intentions pour l’avenir. Celles-ci devront être appliquées dans la durée pour aboutir à des résultats en Ligue 1 mais les premières pierres de l’ère Fonseca sont posées.

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Pensez-vous que le recrutement d'Alan Virginius est une bonne chose ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR