Rejoignez nous !

Professionnels

Portrait : Rémy Cabella, un joueur d’expérience pour renforcer l’attaque des Dogues

Joseph Da Rocha

Publié

le

Crédit photo : LOSC Médias

Quatrième recrue du mercato lillois, Rémy Cabella est un habitué du championnat de France. Le Petit Lillois vous propose d’en connaître un peu plus sur le nouveau numéro 17 des Dogues.

Le flair de « Loulou » Nicollin

Rémy Cabella est un milieu offensif, né le 8 mars 1990 à Ajaccio. Durant son enfance puis son adolescence, il joue successivement pour l’ACA puis pour le Gazélec, avant de rejoindre le centre de formation du MHSC en 2004. Il fait partie de la génération 1990 dorée du club pailladin, avec Benjamin Stambouli et Younès Belhanda, participant pleinement au succès de Montpellier en Coupe Gambardella en 2009. 

« Il aurait dû percer dès 2009, sauf qu’il s’est fait les croisés, du coup on était plutôt pessimiste. La saison d’après, le coach René Girard ne voulait pas lui faire confiance, et il a été envoyé en prêt à Arles où il a brillé » nous confirme Paic, supporter de Montpellier et membre actif de la communauté de supporters sur Twitter. A Arles, Rémy Cabella est encore perturbé par une blessure, avant d’effectuer six derniers mois convaincants en Ligue 1, marquant 3 buts en 18 matchs lui permettant d’être sélectionné avec les Espoirs. De bon augure pour son retour la saison suivante au MHSC.

En 2011-2012, l’effectif héraultais peut notamment compter sur ses leaders d’attaque Olivier Giroud et Younès Belhanda. Equipe surprise du championnat à la mi-saison, les protégés de Louis Nicollin craignent le départ de leur maître à jouer marocain pour la CAN. « C’est Nicollin qui l’a imposé, alors que René Girard voulait recruter des joueurs expérimentés au mercato d’hiver pour continuer de viser le titre » précise Paic. 

Rémy Cabella profite donc de ce départ et permet à Montpellier de rester dans la course pour le titre. Mieux, le natif d’Ajaccio offre une solution plus qu’intéressante à son entraîneur René Girard. Sa fougue et sa technique sont remarquées, et finissent récompensées par une nomination pour le titre de « Meilleur Espoir de la saison en Ligue 1 ». Collectivement, Cabella participe pleinement à la conquête du titre de champion de France du club héraultais, sacré pour la première fois en Ligue 1. « Il a vraiment été déterminant. C’était un peu le chouchou du public, avec son comportement un peu enfantin mais toujours à fond sur le terrain » ajoute le supporter montpelliérain.

Les deux saisons suivantes, Rémy Cabella confirme ses belles performances du côté du Stade de la Mosson, en devenant l’un des joueurs majeurs de l’équipe. « C’est un joueur plus à l’aise au coeur du jeu, mais qui peut jouer sur les côtés. Pour moi, son poste, c’est celui d’un numéro 10 ou d’un 9 et demi. C’est un joueur très provocateur balle au pied, qui crée constamment des différences ». 

A lire aussi :  Amine Messoussa et l'équipe de France U19 s'imposent contre la Finlande

Après avoir disputé 117 matchs pour 28 buts et 14 passes décisives, le natif d’Ajaccio est récompensé de ses bonnes performances par une pré-sélection dans le groupe pour le Mondial de 2014. Finalement, Rémy Cabella remplace Franck Ribéry, après avoir déclaré forfait. Comme beaucoup de joueurs français du championnat de France à l’époque, il fait le choix de rallier Newcastle pour découvrir la Premier League. S’il n’a pas permis au club de se qualifier en coupe d’Europe après 2012, il aura marqué les esprits de la Paillade par ses nombreux exploits. 

En Angleterre, le style de jeu du Corse ne va pas lui permettre de s’adapter au championnat local. Jugé fragile physiquement par les observateurs, Rémy Cabella ne parvient pas à compenser ce déficit physique par ses qualités techniques, dans une ligue réputée rugueuse. En Premier League, il est aligné à 31 reprises lors de la saison 2014-2015. Un petit but et deux passes décisives plus tard, Rémy Cabella est prêté avec option d’achat à Marseille. Pour L’Équipe, le milieu confirmera quelques mois après son départ de Newcastle que la façon de jouer de son club ne lui correspondait pas « À Newcastle, j’ai eu des mauvais moments, c’est vrai. Je suis arrivé dans une équipe qui ne produisait pas de jeu. À certains moments, je ne prenais pas de plaisir. Moi, il me faut une équipe qui joue au ballon ».

Un passage mitigé à l’OM

A Marseille, Rémy Cabella arrive dans un groupe marqué par le départ prématuré d’un certain Marcelo Bielsa, dès la 1ère journée du championnat. L’entraîneur espagnol Michel le remplace, et malgré des débuts intéressants, l’équipe marseillaise vit une saison difficile, se retrouvant quasiment à la lutte pour le maintien à l’issue de cette dernière. Sur le plan personnel, Rémy Cabella a du mal à retrouver son niveau d’antan. Remplaçant désigné de Dimitri Payet, son utilisation par Michel sur le terrain semble parfois ne pas mettre en valeur ses qualités.

Son option d’achat levée, l’Ajaccien découvre Rudi Garcia, fraîchement arrivé à l’OM. Relativement peu utilisé par l’ancien entraîneur du LOSC, le milieu offensif cherche une porte de sortie. Le dernier jour du mercato 2017, il rejoint l’AS Saint-Etienne en prêt sec. A Marseille, Rémy Cabella n’a pas spécialement marqué les esprits. Mais l’ancien montpelliérain, qui n’a jamais caché son amour pour la télé-réalité, a lié des liens d’amitié avec Julien Tanti, participant régulier de l’émission des « Marseillais ». Visiblement fan de la culture marseillaise, Cabella dédicacera même l’un de ses buts à « JUL », célèbre rappeur phocéen.

A lire aussi :  Tiago Djalo et Gabriel Gudmundsson sur le banc en Ligue des Nations

A Saint-Etienne, l’international français revit. Techniquement, l’ancien montpelliérain se sublime, et conquit les coeurs stéphanois. Dans le coeur du jeu, Rémy Cabella fait parler sa technique et sa capacité à éliminer son adversaire en un contre un. Pas suffisant pour offrir une qualification en coupe d’Europe à l’ASSE, mais suffisant pour décider le board stéphanois à s’attacher ses services dès l’été 2018, pour 5 millions d’euros. Sous les ordres de Jean-Louis Gasset, le milieu de terrain joue, marque et fait marquer. Sa saison se clôture par un bilan de 10 buts, 4 passes décisives et un titre de meilleur stéphanois de la saison. L’ASSE est dans le top 4, qualifié pour la C3. 

Une expérience à l’étranger réussie

Rémy Cabella décide de tenter un nouveau challenge en dehors de France. Cette fois-ci, direction Krasnodar, en Russie. Dès son arrivée au club, le Corse est pénalisé par une rupture des ligaments croisés. La plus célèbre et probablement la plus crainte des blessures pour un footballeur éloigne Cabella des terrains pendant la quasi-totalité de la saison. Ce qui ne décourage pas l’ancien marseillais pour autant. L’Ajaccien réalise une saison aboutie en 2020-2021, avant de devoir quitter le pays au début de l’année 2022, suite au conflit en Ukraine. Son contrat et ceux de huit joueurs étrangers sont résiliés.

Sans club, le joueur s’entraîne avec le MHSC. D’un commun accord avec le Président Laurent Nicollin, Rémy Cabella signe un contrat pour jouer jusqu’à la fin de la saison avec son club formateur. « Son retour laisse vraiment des regrets : il est arrivé au pire moment dans une équipe à la dérive. Il se battait bien mais il était tout seul dans une équipe déjà en vacances et pressée de terminer, et ensuite, il s’est blessé » ajoute Paic. Les versions sur la non-prolongation de Cabella à Montpellier divergent. Alors que les différentes parties semblaient favorables pour poursuivre l’aventure, le joueur est parti libre.

« Il ne s’arrête jamais de courir. Il est très utile pour le collectif, notamment en défense » précise le supporter montpelliérain. Le profil de Cabella est donc parfaitement compatible avec le portrait-robot établi par Olivier Létang et Paulo Fonseca : un état d’esprit combatif, de l’expérience en Ligue 1 et une touche technique qui fera du bien au milieu lillois. Le milieu offensif a l’avantage d’être libre. Son arrivée ne met donc pas les finances du club en péril. Maintenant, à Rémy Cabella de prouver qu’il peut réitérer ses belles performances avec le LOSC.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Dyon

    13 juillet 2022 at 17:06

    Au final c’est environ 3 bonnes saisons avec Montpellier dont le titre en 2011, un four à newcastle, un micro-ondes à Marseille, une saison réussie avec sainté, une saison correcte avec Poutine, un retour raté à la paillade et surtout un joueur fragile physiquement (2 fois les croisés…!!)
    Encore un vrai pari pour Lille, mais gratuit…on va croiser les doigts 🤞.

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

José Fonte réitérera-t-il une saison sans manquer une seule minute ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR