Rejoignez nous !

Professionnels

Portrait : Akim Zedadka, un néo-Dogue qui sait montrer les crocs

Joseph Da Rocha

Publié

le

Crédit photo : LOSC Médias

Annoncée depuis plusieurs mois, la venue d’Akim Zedadka au LOSC a été officialisée le 30 juin dernier. Zoom sur un latéral au parcours atypique.

Un début de carrière semé d’embuches

Né à Pertuis, dans le sud de la France, Akim Zedadka possède la double-nationalité algérienne, grâce à ses parents. Durant son enfance, c’est dans les tribunes du Stade Vélodrome qu’il découvre le football. Formé au Pôle Espoirs d’Aix-en-Provence, Akim Zedadka connaît une première désillusion lorsqu’il n’est engagé par aucun club pro à l’issue de sa formation à Aix. L’international algérien reconnaît toutefois que cette épreuve l’a formé et endurci pour le reste de sa carrière. Il s’engage finalement chez les jeunes à Istres, alors en Ligue 2, et monte rapidement avec les professionnels. S’il ne peut empêcher la descente en National, celui qui est alors ailier droit de formation inscrit quatre buts avec son équipe. Une performance qui lui ouvre les portes de la Ligue 2, ou plutôt de la CFA (actuel National 2) du RC Lens.

Un sudiste qui vient s’épanouir dans le nord… on croirait presque à un scénario à la « Bienvenue des Ch’tis ». Mais il n’en sera rien, puisqu’après deux saisons et sept petits matchs en Ligue 2, le club de l’artois préfère laisser libre celui qui évolue désormais au poste de latéral droit. De Sang-et-Or à sans contrat, il n’y a qu’un pas. Comme beaucoup de joueurs avant lui, les portes du monde professionnel semblent s’être refermées pour Akim Zedadka. C’est en tant que footballeur au chômage qu’il vit la reprise de l’été 2017, avec l’équipe des joueurs sans club de l’UNFP. Une nouvelle épreuve, qui lui permettra de s’endurcir encore un peu plus : « Ça m’a aidé à retrouver de la confiance, de retrouver un club. Ce n’est pas une honte de venir à l’UNFP » déclarait-il dernièrement à ce sujet.

De son propre aveu mal accompagné par des agents aux intérêts douteux, Akim Zedadka est obligé de rebondir à l’AS Saint-Rémy-de-Provence, en National 3. L’ancien istréen s’accroche, et réussit à faire mentir ceux qui ne l’avaient pas jugé apte pour le monde professionnel. A l’été 2018, le Franco-algérien débarque à Marignane-Gignac, et s’apprête à débuter une ascension fulgurante vers l’élite. 

A lire aussi :  Ligue 1 – J2 : Le groupe lillois pour FC Nantes – LOSC

Le revenant de Clermont-Ferrand

Avec Marignane, Zedadka performe, et c’est tout logiquement qu’il attire sur lui les projecteurs de clubs de Ligue 2, toujours prompts à dénicher la bonne affaire dans les divisions inférieures. C’est surtout à l’occasion d’un 32ème de finale entre Clermont et Marignane-Gignac qu’Akim Zedadka va changer le cours de sa carrière. En réalisant une grande prestation, le franco-algérien s’ouvre les portes du monde pro. Malgré la descente de Marignane à la fin de la saison, Clermont fait signer le latéral droit pour une durée de 3 ans. A 24 ans, le jeune homme a déjà réussi son pari, en retrouvant le monde professionnel, dans un club postulant régulièrement aux places d’accession à la Ligue 1. 

Plus mature qu’à son arrivée dans le monde professionnel, Zedadka arrive dans une équipe joueuse, guidée par un Pascal Gastien adepte du beau jeu. Pour sa première saison pleine en Ligue 2, l’ancien joueur d’Istres enchaîne, jouant 25 matchs avant l’arrêt de la compétition pour cause de Covid-19. Clermont termine 5ème et reste en Ligue 2 suite à la décision de la fédération de geler les classements des championnats professionnels.

Sa deuxième saison est celle de la montée en puissance : « Il a explosé cette année-là, comme les autres joueurs finalement. Il était très important, notamment dans les avant-dernières passes. Il a une capacité à effectuer une répétition d’efforts, il a du coffre. Il correspond à un style de jeu porté vers l’avant » nous confirme Thomas, auvergnat d’origine expatrié à Lille pour ses études de journalisme et suiveur du club clermontois. Sur son côté droit, Zedadka se régale, et enchaîne 35 matchs avec son équipe. Il est élu meilleur latéral droit de la division à l’issue de la saison, qui voit son club accéder à l’élite pour la première fois de son histoire.

A lire aussi :  Paulo Fonseca évoque son adaptation à Lille

Une progression constante

A l’été 2021, à un an de la fin de son contrat, le journal La Montagne évoque des intérêts de Lens, Lille, Montpellier, Angers ou encore Marseille. Finalement, Zedadka choisi de rester en Ligue 1 avec Clermont et d’honorer sa dernière année de contrat. Une saison d’apprentissage dans l’élite, l’ancien d’Istres disputant la quasi-totalité des matchs de son équipe en tant que titulaire, distribuant au passage 3 passes décisives à ses coéquipiers. Suivi depuis quelques mois, selon L’Équipe, par Séville et la Lazio, Akim Zedadka rallie finalement le nord de la France pour la deuxième fois de sa carrière. 

Dans un vestiaire, celui qui a découvert la Ligue 1 cette saison est présenté comme un ambianceur hors-pair, apprécié de ses coéquipiers. A Lens, le latéral droit a laissé une bonne impression : « Il était à l’écoute et toujours demandeur. C’est plaisant de travailler avec des gamins comme lui. Il a laissé une bonne image. » ajoute Eric Sikora pour L’Équipe en décembre dernier. A Clermont, son désormais ex-entraîneur Pascal Gastien le considérait comme l’un des leaders de son vestiaire. 

Le mois dernier, Zedadka a pu découvrir la sélection algérienne, qui le supervisait depuis de longs mois du côté de Clermont. « Ça montre que Belmadi a repéré son potentiel et son niveau ». Une expérience internationale bienvenue donc, que le joueur cherchera à développer dans les prochains mois. Il fait une bonne année en Ligue 1, même s’il a eu une période creuse en hiver, « C’est un joueur avec du potentiel, avec une bonne qualité de passe et qui est exemplaire dans un vestiaire. Il a laissé une super impression, il n’a jamais fait de bruit, c’est un gars qui fait son boulot. Arriver au LOSC, c’est une progression qui est logique pour lui. » ajoute Thomas. Au LOSC, il devra passer un nouveau pallier, lui qui était encore un joueur de National 3 il y a à peine 4 ans et qui n’a jamais connu de club destiné à jouer les premiers rôles en Ligue 1.

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Les départs combinés de Renato Sanches et Amadou Onana vous inquiètent-ils ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR