Rejoignez nous !

Professionnels

Les cinq moments marquants de la deuxième partie de saison lilloise

Joseph Da Rocha

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Huitièmes lors de la dernière trêve hivernale, les Dogues pouvaient rêver de recoller aux places européennes lors de sa deuxième partie de saison. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Retour sur cinq moments marquants sur la deuxième moitié de la saison nordiste.

6 février 2022 : LOSC – PSG (1-5) : le LOSC et Grbic humiliés par le PSG

Après un début d’année moyen, marqué par un nul face à l’OM, le LOSC s’est sabordé face à Brest, en s’inclinant 2-0 au terme d’un match marqué par une extrême nervosité des Dogues. Burak Yilmaz s’en prend au staff lillois au moment de sa sortie, tout comme Reinildo, passé proche de l’expulsion pour son dernier match avant son départ du côté de l’Atlético Madrid. Face au PSG, le LOSC doit donc se relancer, dans un stade rempli et prêt à vibrer pour son équipe.

Mais malgré une bonne entame de match, les Lillois, pénalisés par un Ivo Grbic à côté de ses pompes, repartent avec une valise (1-5). La manita infligée par les Parisiens aura le mérite de faire émerger un joueur dont personne n’attendait grand-chose cette saison : Léo Jardim. Après ses multiples bévues, Ivo Grbic sera relégué sur le banc dès le match suivant au profit du portier brésilien. L’ancien de Boavista et de Rio Ave n’encaissera que 13 buts sur les 15 derniers matchs.

16 mars 2022 : LOSC – Chelsea (1-2) fin de l’aventure européenne pour les Dogues

Souvent décevant cette saison, le LOSC a tout de même su se sublimer dans les rencontres européennes. Solidaires malgré leur défaite au match aller des huitièmes de finale face à Chelsea, les hommes de Jocelyn Gourvennec rêvent d’un exploit face au tenant du titre au match retour. Dans un Stade Pierre-Mauroy en ébullition, le scénario rêvé semble bien se dessiner après une première période aboutie et un pénalty de Burak Yilmaz. Mais dans le temps additionnel, les Blues réussissent à égaliser grâce à Pulisic. Tout est à refaire.

Au retour des vestiaires, les Dogues n’abdiquent pas, et passent tout proche du deuxième but sur une tête de Xeka rasant le poteau droit d’Edouard Mendy. Mais Azpilicueta vient remettre les pendules à l’heure en donnant l’avantage à Chelsea dans les 20 dernières minutes. Les Lillois ne s’en remettront pas, mais sortent avec les honneurs et les félicitations du foot français, après un parcours qui restera dans les mémoires.

A lire aussi :  Tiago Djalo et Gabriel Gudmundsson sur le banc en Ligue des Nations

2 avril 2022 : LOSC – Bordeaux (0-0) : à 11 contre 10, des Lillois incapables de percer la pire défense de l’histoire de la Ligue 1

Le LOSC éliminé par une équipe anglaise en huitième de finale de la Ligue des Champions ? L’histoire avait déjà connu pareil événement en 2007. Et à l’époque, l’élimination cruelle des Dogues avait consumé la fin de cycle du groupe lillois. Sur la fin de saison, les Lillois avaient dégringolé au classement, passant de la 3ème à la 10ème place en championnat. Mais après tout, l’histoire ne se répète jamais ? A l’aube de la réception de Bordeaux, le club nordiste vient de conclure une belle victoire face à Nantes, au Stade de la Beaujoire (1-0). En face, les Bordelais arrivent avec l’étiquette de l’une des pires défenses de Ligue 1 de l’histoire. En cas de victoire, le LOSC peut espérer rejoindre le top 5, ce qui serait une première cette saison.

Après une première période insipide, marquée par l’exclusion précoce du Girondins Enock Kwateng, le club lillois, en supériorité numérique toute la deuxième période, doit percer le verrou bordelais. Malgré 3 buts refusés, tous logiquement signalés hors-jeu par l’arbitre de la rencontre, les hommes de Gourvennec confirment toutes leurs difficultés offensives rencontrées durant la saison. Pour la première fois en 2021-2022, Bordeaux n’encaisse pas de but. Après le match, l’extra-sportif l’emportera sur le sportif, avec une altercation entre Tiago Djalo et Hatem Ben Arfa. L’international français, séparé de son coéquipier par Jocelyn Gourvennec, conclura son show par un « Ici, on joue trop bas. On n’est pas à Guingamp ! ». Son seul fait d’arme, ou presque, durant son passage à Lille.

16 avril 2022 : LOSC – Lens (1-2) : première défaite à domicile depuis plus de 19 ans dans le derby

Lassés des nombreuses contre-performances de leur équipe et de l’image extra-sportive néfaste qui émane du club, les supporters lillois en attendent plus. Dans les agendas, tout le monde a noté ce 16 avril 2022. Ce jour doit être celui de la revanche contre le rival de toujours du LOSC : le RC Lens. En cas de victoire, les hommes de Jocelyn Gourvennec peuvent espérer regagner les places européennes, en lançant parfaitement leur sprint final. L’enjeu est immense, et l’ambiance dans le stade est à la hauteur de l’attente autour de la rencontre.

A lire aussi :  Le programme international du LOSC ce dimanche 25 septembre

Mais le retour sur terre est rapide, presque brutal. A peine quelques minutes dans le temps réglementaire et Frankowski, lâché par la défense lilloise, crucifie Léo Jardim. Les Dogues n’y sont pas. Kalimuendo double la mise à la demi-heure de jeu et rappelle aux fans loscistes que son équipe n’a pas vraiment pris conscience de l’importance de la rencontre. Avant la mi-temps, Xeka redonne espoir d’une tête rageuse. La deuxième période du LOSC est meilleure. Zhegrova touche les montants, les offensifs poussent, mais rien n’y fait. Le club nordiste perd un troisième derby dans une même saison. Le divorce entre l’équipe et ses supporters, entamé depuis plusieurs semaines, est acté à la suite de ce match.

21 mai 2021 : OGC Nice – LOSC (1-3) : l’équipe du futur ?

Avant de se déplacer à Nice, Lille vient de connaître trois semaines post-derby mouvementées. Entre un déplacement raté à Reims (1-2) et une courte victoire bien peu convaincante face à Strasbourg (1-0), les hommes de Jocelyn Gourvennec sont conspués par les supporters, las d’une saison plus que moyenne par rapport aux espoirs présentés lors du début de saison. Pour espérer atteindre une place européenne, le LOSC doit réaliser un sans faute sur les 4 derniers matchs, ce qu’il ne va pas faire en repartant avec une valise de Troyes (3-0) et en s’inclinant face à Monaco (2-1), malgré une bonne prestation.

Il faudra réellement attendre les deux derniers matchs lillois pour (re)voir du jeu. Après une première période catastrophique à Nice, le LOSC réussit à revenir dans le match en livrant une bien meilleure deuxième mi-temps. Avec les titularisations d’Angel Gomes, Amadou Onana, Timothy Weah ou encore Tiago Djalo, les observateurs peuvent légitimement nourrir des espoirs de voir ces joueurs la saison prochaine. Lille l’emporte finalement 3-1, avant de faire nul face à Rennes la semaine suivante, grâce à un doublé de Timothy Weah. Comme un symbole : une équipe championne disparaît, passant le flambeau à une nouvelle génération de talents. Jeunes gens, à vous de jouer !

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

José Fonte réitérera-t-il une saison sans manquer une seule minute ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR