Rejoignez nous !

Féminines

Le corps arbitral cristallise les tensions et tourmente Rachel Saidi et Devleesschauwer

Raphael Marcant

Publié

le

Crédit photo : LOSC Médias

Ce dimanche 23 janvier a été le théâtre d’un match sous tension entre le LOSC et le RC Lens. Un derby bouillant qui aura scellé le sort des Lilloises. Une nette domination en première période n’aura pas suffi et nombreux faits de jeu sont sujets à de vives critiques de la part de Rachel Saidi et Gwenaëlle Devleesschauwer.

La 12ème journée de deuxième division féminine a offert un derby mouvementé avec la réception du RC Lens au Domaine de Luchin. Devant à la pause, (2-1), les Dogues ont levé le pied en seconde période pour gérer la rencontre. Une philosophie nouvelle dont ont profité les Lensoises, bien aidées par des décisions arbitrales controversées tout au long de la rencontre.

La réaction de Rachel Saidi

Arrivée en première devant des journalistes impatients de connaître le ressenti des 22 acteurs sur la pelouse, Rachel Saidi a tenu des mots forts. Ses émotions trahissent ses déclarations malgré un choix plus ou moins millimétré dans les termes employés. Pour sa première, la technicienne analyse un après-midi qu’elle traduit comme étant “négative” : « Oui effectivement, c’est un après-midi négatif. Je ne suis pas déçue mais en colère. C’est la première fois de la saison que ça m’arrive. Oui on s’est arrêté de jouer en deuxième mi-temps mais je pense que dans un tel contexte, avec des enjeux sportifs et du monde dans les tribunes, on ne peut pas se permettre de passer à côté d’une rencontre, même quand on est arbitre. Je pense qu’on peut être en colère vis-à-vis du corps arbitral mais aussi sur nos joueuses car elles ont arrêté de jouer. Mais, à ce niveau là, on ne peut pas se tromper dans certains choix, dans certaines interprétations de faits de jeu donc voilà, c’est beaucoup de colère aujourd’hui. »

Un sentiment de colère qu’elle détaille avec de plus amples précisions : « En colère parce qu’on s’est arrêté de jouer en deuxième, on a un peu levé le pied, on a pris des risques bêtement. Dans nos choix de jeu on n’a pas été capable de peser offensivement comme on avait pu le faire en première. On a commencé à se laisser déborder par nos émotions avec de la frustration et de la colère suite aux décisions de l’arbitre. On a forcément perdu de l’énergie et du temps. Si on comptabilise le temps de jeu en seconde période, je pense qu’on a joué 25 minutes et non 47. »

En seconde période, la rencontre a été bouleversée par de nombreux faits de jeu controversés. A multiples reprises, les Dogues ont eu l’opportunité de discuter avec le corps arbitral. Des échanges peu compréhensibles vu des tribunes : « Oui, c’est exactement ça, les discussions étaient délicates. Vous savez à ce niveau là, même en deuxième division nationale féminine. On doit être en capacité d’avoir assez de vécu et d’expérience pour mieux appréhender les situations, mieux maîtriser les contextes et son environnement, les derbys sont réputés pour être chauds. Maintenant, si on n’est pas ouverte au dialogue et à la communication il ne faut pas faire ce métier là… Je suis un peu déçue parce que le match a mal tourné en deuxième parce que les choix n’ont pas été les bons non plus. Même si on reste les premiers responsables, en second plan il y a aussi le trio arbitral. Mais c’est comme ça, il faut se remettre au travail. »

Un mauvais résultat qui les empêche de brider une place de leader du championnat. Une déception pour la technicienne qui espérait plus de cette rencontre : « C’est une déception parce qu’avec une victoire on serait repassé devant. Maintenant, Nantes a perdu des points contre Strasbourg, ça nous montre que ce championnat est redoutable. Il faut prendre chaque match l’un après l’autre. On a encore le temps de voir plus loin et de se dire qu’à un moment donné on aura l’opportunité de revenir sur les équipes qui sont devant nous. »

Une défaite qui n’anéanti pas les ambitions lilloises, bien déterminées à monter en première division : « Non, pas du tout, aujourd’hui quand on voit les résultats, beaucoup aurait parié que Nantes allait récupérer les trois points contre Strasbourg, ça n’a pas été le cas. Chaque confrontation a des enjeux forts, toutes les équipes sont embêtantes et font perdre des points aux formations en haut du classement donc ce n’est pas du tout terminé, loin de là. »

La réaction de Gwenaëlle Devleesschauwer

Désabusée par le scénario de la rencontre, la capitaine des Dogues s’est rapidement concentrée sur les décisions controversées du corps arbitral lors de son analyse du match : « Je pense qu’on avait la main mise sur la rencontre. Elles reviennent par la suite mais avec les accumulations d’erreurs arbitrales on a fini par s’emballer dans le mauvais sens du terme. C’est dommage mais ça fait partie du jeu. Ce sont des choses qui arrivent alors on accepte et on passe à la suite. » Des erreurs qu’elle pointe du doigt notamment quand elle évoque le premier rouge concédé par Noémie Bamenga Bafenda : « Ce n’est pas à moi de vous le dire. En soit, ok il y a faute mais est-ce qu’il y a vraiment besoin de mettre le rouge pour ce genre de faute… Je ne sais pas. Maintenant, de toute façon, le rouge a été mis donc tout ce qu’on avait à faire c’était accepter et continuer le match. »

Des décisions controversées qui ont été la cause d’une nervosité tenaillante chez les Dogues dont la Lilloise se justifie : « On se fait égaliser en début de première mi-temps mais je pense qu’on aurait eu les ressources mentales nécessaires pour reprendre l’avantage sauf que… nous on nous demande d’avoir un comportement exemplaire sur le terrain mais je pense que quand le corps arbitral se permet certaines réactions et certains propos, forcément derrière ça peut envenimer les choses. » Des propos qui n’ont pas été divulgués par le LOSC, ni par les membres de l’effectif apparus devant la presse.

A lire aussi :  D2F - J10 : Le LOSC s’impose et prend la tête du championnat

Un derby sous haute tension qui leur permettra de progresser, elle en est sûr : « Forcément, c’est une affiche qui est différente et qui est attendue, que ce soit dans la région ou même pour nous les joueuses après, je pense que si ça avait été un autre match je ne suis pas sur qu’il y aura eu un tel énervement en deuxième mi-temps mais ce n’est pas grave, ça va nous faire grandir et j’espère que l’on apprendra de nos erreurs. »

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Le LOSC doit-il prolonger José Fonte pour la saison 2023-2024 ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR