Rejoignez nous !

Formation

Le bilan de la Youth League pour le LOSC

Rayan Bja

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Malgré une victoire 3-0 en terres allemandes, l’équipe de Youth League de Lille a quitté la compétition ce mercredi en terminant troisième de son groupe. Retour sur la performance lilloise lors de ces six matchs.

Un bilan comptable satisfaisant

En six matchs, les joueurs de Stéphane Pichot ont remporté trois rencontres, fait un match nul et perdu à deux reprises, finissant troisième avec dix points. Un total égal à celui d’il y a deux ans où, lors de la première participation des Dogues, les coéquipiers de Lucas Chevalier et Cheikh Niasse ont réussi à accrocher la deuxième place avant de sortir en 16èmes de finale face à Midtjylland aux tirs aux buts. Invaincus sur la phase retour avec deux victoires et un nul, les jeunes Dogues auront donc payé leur phase aller plus difficile avec une victoire face à Wolfsburg (2-0) et deux défaites face à Salzburg (3-1) et Séville (0-3).

Des cadres au-rendez vous, les plus jeunes également

Pour cette compétition, les 2002 inscrits pour la compétition étaient Ismael Bouleghcha, Nassim Innocenti, Jean-Pierre Longonda, Exaucé Mpembele et Ibrahim Karamoko. Si le dernier cité n’a participé à aucune rencontre, les quatre autres ont été fréquemment utilisés (malgré la limite de 3 joueurs par match) et ont clairement répondu présents. Le capitaine Mpembele a ainsi inscrit deux buts, délivré une passe décisive mais surtout pesé sur les défenseurs adverses par sa percussion et sa vitesse. En défense, Bouleghcha et Innocenti, qui étaient titulaires il y a deux ans, ont fait valoir leur expérience pour apporter de la sérénité à une défense lilloise, auteur de quatre clean-sheets. Enfin, Longonda a démarré d’un peu plus loin mais a profité des absences de ses coéquipiers pour prendre une place de titulaire dans le milieu lillois et utilisant sa qualité technique à bon escient, comme sur sa passe décisive sur le second but lillois à Wolfsburg. Derrière ces cadres, plusieurs joueurs se sont révélés. Outre José Bica (2003), meilleur buteur lillois avec trois réalisations, Kévin Mercier (2004) et Baptiste Rolland (2003) auront été très solides en défense centrale tandis que le milieu de terrain Carmel Mabanza (2003) – Nathan Buayi-Kiala (2004) a dominé ses adversaires à partir de la phase retour.

Banc : Negrel, Yoro, Thumerel, Raghouber, Ascone, Messoussa, Said

Un changement de système décisif

Si l’équipe lilloise a débuté la compétition en 4-4-2 contre Wolfsburg et Séville, le schéma imaginé par Stéphane Pichot a vite évolué après la large défaite des jeunes Dogues à domicile face aux Andalous (0-3). Fini le 4-4-2, place à un 3-5-2 censé sécuriser la défense lilloise. Un changement qui va s’accompagner de résultats probants puisque sur les trois dernières journées, Lille n’a encaissé aucun but mais n’a concédé que très peu de situations (22 tirs cadrés sur les trois premières journées, 7 sur les trois dernières). Et offensivement, les Dogues ont réussi à se projeter pour se procurer des actions et inscrire quatre buts au total. A l’instar d’un milieu devenu totalement dominateur lors de la seconde partie de la phase de poules, les joueurs d’axe ont permis à Lille de reprendre le dessus sur des adversaires qui leur avaient pourtant mis énormément de difficultés auparavant.

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

José Fonte réitérera-t-il une saison sans manquer une seule minute ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR