Rejoignez nous !

Anciens

Jocelyn Gourvennec se rapproche d’un moment charnière

Joseph Da Rocha

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Ces dix dernières saisons, le LOSC a souvent eu du mal à lancer ses débuts en championnat. A chaque mauvais lancement en Ligue 1, l’entraîneur à la tête de l’équipe nordiste a été menacé, voire licencié, à la 13e journée.

Le chiffre 13 porte-t-il malheur ? Au LOSC, la question peut se poser. Ces dix dernières années, les licenciements d’entraîneurs ont tous été actés après la 13e journée de championnat. La faute à des parcours souvent bien en deçà des espérances et des ambitions affichées en pré-saison. Sous Michel Seydoux, en 2015, Hervé Renard avait été limogé suite à un match nul un but partout face à Bastia. Un an plus tard, le début du mois de novembre et sa 13e journée avaient été fatals à Frédéric Antonetti, démis de ses fonctions en plein contexte de rachat de Gérard Lopez. Enfin, Marcelo Bielsa avait dû lui aussi quitter Luchin après la 13e journée et une piteuse défaite 3-0 face à Amiens.

A lire aussi :  Jocelyn Gourvennec : « Je suis très heureux d'être l'entraîneur du LOSC »

Mais les mauvais départs en championnat ne sont pas toujours synonymes de licenciement. Preuve en est, avec les débuts de saison ratés sous la houlette de Rudi Garcia, en 2012-2013, puis de René Girard, en 2014-2015, ou encore de Christophe Galtier, en 2019-2020. Tous avaient été confirmés à leur poste malgré des résultats en dents de scie. Point commun de ces mauvais débuts en championnat : ils faisaient tous suite à une saison durant laquelle le LOSC avait terminé sur le podium. A chaque fois, les Dogues s’étaient réveillés à la fin de l’hiver, à partir de leur élimination en Coupe d’Europe. Des réveils qui ne sont par ailleurs jamais soldés par une qualification en Ligue des Champions à la fin de la saison.

2 commentaires

2 Comments

  1. Michel Pergola

    Michel Pergola

    26 octobre 2021 at 12:47

    Selon moi, Gourvennec n’est pas le seul responsable, les joueurs sont, pour la plupart, loin de leur niveau. De plus, le licencier c’est accepter de lui verser une indemnité, et le remplacer par qui, compte tenu des difficultés financières du club? Vu notre niveau actuel, difficile d’imaginer aller prendre des points face au PSG et les places européennes sont déjà devenues quasi inaccessibles. Autant espérer que nos joueurs retrouvent leur niveau pour s’éloigner du bas du tableau…

  2. thierry delahaye

    thierry delahaye

    26 octobre 2021 at 20:37

    gourvennec est tres limite dans ses choix ,ikoné trop mauvais bamba aussi andré moin bon que l’année dernière et reinildo pareil ,la dessus je ne comprend pas prk lihadji ne joue pas? yazici pareil et weah sur le banc ,yilmaz est cramé un ou deux match sur le banc peut le soulagé ,bref pour moi gourvennec est responsable et on est pas au bout de nos peines …

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Quel avenir pour Tiago Djalo avec le retour de Sven Botman ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR