Rejoignez nous !

Professionnels

Edito hebdomadaire : Unis pour l’éternité

Rédacteur Ponctuel

Publié

le

Crédit photo : Imago

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. Une conclusion enchantée à une année rêvée. 24 heures à chanter dans une ambiance enflammée. Le LOSC avait son destin entre ses mains. Il fallait prendre 4 points sur 6 sur les deux derniers matchs pour être champion. Ils l’ont fait. On l’a fait.

Il n’y en avait que pour Burak Yilmaz lors de la parade de ce lundi. Installé à l’arrière du bus à impériale, traversant une ville en liesse, celui que presque personne ne connaissait encore il y a un an est devenu l’idole d’un club tout entier. Un club champion de France, devant le Paris Saint-Germain. La fête de ce weekend fut exceptionnelle. Voir Benjamin André arroser les supporters, Yusuf Yazici leur faire reproduire sa célébration en Y désormais iconique, Mike Maignan ou Jonathan Ikoné prendre le micro pour mettre l’ambiance, Jonathan Bamba brandir le trophée, sans oublier tous les autres. Tous méritent d’être mentionnés, car tous ont, à leur manière, contribué à ce rêve. Leurs pics de forme respectifs ont tous permis au LOSC de rester tout en haut, toute la saison. Et ce, jusqu’à la 38ème journée.

Que dire du match contre Angers ? Le scénario parfait, dont tout le monde rêvait. Ouverture du score rapide de David. Pénalty transformé par Yilmaz juste avant la pause. 2-0 à la mi-temps. Personne ne voulait dire que c’était déjà fait. Mais tout le monde savait que ce scénario était celui d’un titre presque assuré. Une seconde mi-temps à attendre que les minutes défilent. Et le stade Raymond-Kopa désormais dans l’histoire du LOSC.

C’est la fin d’un cycle. On le sait, des joueurs vont partir. Maignan à l’AC Milan, Soumaré à Leicester, sûrement suivi de plusieurs autres. Mais c’est surtout un départ qui change tout. Celui de notre coach chéri, d’un manager exceptionnel, qui aura fait de Lille la capitale du football français en 2020-2021 : l’incroyable Christophe Galtier. Il nous aura tant fait vibrer. La dernière image de lui au LOSC sera celle d’un coach euphorique défilant dans les rues lilloises, fier de ce qu’il a accompli, à juste titre. Merci pour tout, coach. Il aura tout su faire à Lille : maintenir en Ligue 1 une équipe à la dérive, faire progresser des pépites, savoir s’adapter à un effectif qui se renouvelait d’année en année. Tout ça, jusqu’à emmener son équipe, notre équipe, au titre de champion de France. Monsieur Galtier, vous ne serez jamais oublié ici.

A lire aussi :  Les raisons du mauvais début de saison du LOSC selon les supporters

Pour l’instant, profitons

Oui, le visage du LOSC va changer, encore plus qu’à la normale avec le contexte économique actuel. Le départ du coach, combiné à celui en milieu de saison du président Gérard Lopez et surtout de Luis Campos, l’architecte de l’effectif, laisse un grand chantier à Olivier Létang pour cet été. Mais aujourd’hui, qu’importe. Tout le monde y va de son petit mot, de sa rumeur, de sa critique gratuite. Mais il y a un temps pour tout, et celui des préoccupations pour le futur n’est pas encore arrivé. Ce défilé dans les rues lilloises ce lundi nous l’a bien montré. Cette équipe est rentrée dans l’histoire et dans nos cœurs à tout jamais. Chacun se souviendra d’où il était ces 23 et 24 mai 2021. Alors laissons-ça de côté quelques semaines, pour simplement célébrer, fêter, chanter. Dimanche soir, la Grand Place débordait, et on aurait aimé que les feux d’artifice ne s’arrêtent jamais. Voir tout le monde réuni, à chanter, danser, fêter ensemble ce titre, après une année tellement difficile pour tous, était un bonheur incroyable. Les plus courageux auront attendu à l’aéroport jusqu’au bout de la nuit le retour des héros. Et enfin, évidemment, lundi après-midi, cette ambiance inoubliable. Toute la frustration des huis-clos et du contexte sanitaire s’est libérée, dans une ambiance de victoire du Coupe du Monde. Et encore. Ce titre vaut peut-être plus.

A lire aussi :  Le LOSC élu équipe de la 8ème journée de Ligue 1 Uber Eats

La chronologie de l’année serait longue à faire, tant on a vécu de scénarios exceptionnels. Il y a eu des exploits retentissants en fin de saison, de l’inoubliable victoire à Lyon à celle au forceps contre Paris. Il y a eu des scénarios hollywoodiens, des parades de fin de match de Maignan à Montpellier ou Monaco aux victoires au bout du temps additionnel à Reims et Marseille. Il y a eu des émotions européennes, avec la victoire à San Siro face à Milan, les triplés de Yusuf Yazici. Des déceptions, tout de même : l’élimination en Europa League face à l’Ajax, des matchs dont on pensait qu’ils pourraient faire sombrer le LOSC, comme la défaite contre Nîmes. Heureusement, celles-ci furent de courte durée. Car l’équipe n’a jamais lâché. Que le premier match de la saison à Rennes parait loin aujourd’hui. Pourtant, on peut très bien se dire que ce point du nul accroché est celui qui nous fait devancer le PSG à la 38ème journée. Comme un symbole d’une saison où rien ne fut jamais acquis. Chaque semaine depuis fin janvier, le LOSC a remis sa ceinture de leader en jeu. Et chaque semaine, il l’a conservée.

Tout le monde aura douté du LOSC jusqu’au bout, et nous les premiers. Des moments dans l’année furent plus difficiles dans le contenu, dans les performances, et on était les mieux placés pour le voir. Personne ne voulait vraiment croire au titre, peut-être même car le podium n’était pas assuré jusqu’à la toute fin. Le 25 avril contre Lyon, pendant 45 minutes, Lille était provisoirement 4ème de Ligue 1. Tout le monde doutait, sauf les joueurs eux-mêmes. Eux croyaient en leur force. Eux croyaient en leur destin. Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. Et ils sont désormais unis pour l’éternité.

Timothée Barnaud

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Quelles places va jouer le LOSC cette saison ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR