Rejoignez nous !

Professionnels

Edito hebdomadaire : Ça ne pouvait se terminer que comme ça

Ulysse Hamelin

Publié

le

Crédit photo : Imago

Cette course au titre ne se terminera jamais. Incapables de faire mieux qu’un nul 0-0 face Saint-Etienne, le LOSC voit le PSG revenir à un petit point avant la dernière journée. Maintenant, plus de calculs à faire : Lille devra battre Angers pour être champion de France.

Ce n’était de toute façon pas une météo à célébrer un titre. Rassurons-nous comme ça. Car si le feu avait bien été mis par nos merveilleux supporters avant la rencontre, on fut loin de retrouver cette chaleur sur la pelouse de Pierre-Mauroy ce dimanche soir. Contre l’ASSE, les Dogues ont dû concéder un match nul 0-0, qui restera davantage dans les mémoires pour la tension accumulée jusqu’au coup de sifflet final que pour ses occasions.

Le plus important est pourtant tout de même là. En ne perdant pas, Lille conserve sa place de leader et son destin entre ses mains. Une défaite aurait été une déconvenue dramatique, et les rares contre-attaques de l’ASSE en deuxième mi-temps avaient une odeur de chaos. Mais à défaut de réussir son entame de match, le LOSC a ensuite mis le pied sur le ballon, dominé territorialement Saint-Etienne, sans pourtant réussir à mettre en danger tant que ça le gardien adverse. On aura vibré sur le coup-franc de Yazici détourné sur le poteau, sur la reprise contrée de Burak Yilmaz, mais il faut se résoudre à se satisfaire du match nul. Car ce point pris est bien l’unique chose que l’on pourra retenir de ce match

Maintenant, tout est en place. On le savait, le LOSC devait prendre quatre points sur ses deux derniers matchs. Il en reste trois. Au moins, il n’y a désormais plus de calcul d’apothicaire à faire, à base de match nul, de défaite possible si le PSG ne gagne pas… Maintenant, on est fixé. Une victoire face à Angers et c’est le titre. Tout autre résultat, probablement une place de dauphin, certes exceptionnelle au vu de cette saison si compétitive, mais pourtant beaucoup trop frustrante.

A lire aussi :  Reinildo sélectionné avec le Mozambique

On peut tout de même espérer compter sur un coup de pouce du destin. Cette semaine, c’est Brest qui affronte le PSG. La Bretagne réussit difficilement aux Parisiens cette année : nul face à Rennes, défaite à Lorient. Si on pousse jusqu’à Nantes, on peut même encore davantage remercier nos amis bretons. Quant à Brest, l’équipe coachée par Olivier Dall’Oglio joue son maintien face au PSG, et a besoin de points. Ils en ont pris 4 contre le LOSC cette saison, alors soyez équitables, et faites de même avec Paris.

Une défense centrale rajeunie

Personne ne voudra être à la place de Christophe Galtier pour dresser son dernier onze de la saison. Reconduira-t-il les mêmes titulaires un troisième match de suite, malgré une performance cette fois-ci bien moins convaincante ? Ikoné, Yazici et Sanches poussent pour entrer dans l’équipe, et il est possible d’avoir quelques surprises. Derrière, une chose est toutefois certaine en tout cas : José Fonte ne sera pas de la partie en défense centrale, suspendu.

Le match peut-être le plus important des Dogues depuis 10 ans se disputera donc certainement avec Tiago Djalo aux côtés de Sven Botman en charnière centrale. Deux joueurs de 21 ans, nés en 2000, pour assurer la défense d’un LOSC en quête des sommets de la Ligue 1. Les deux joueurs ont disputé deux matchs titulaires ensemble cette saison : le 16ème de finale d’Europa League face à l’Ajax, ainsi que le huitième de finale de Coupe de France face au PSG. Deux défaites, avec notamment une performance compliquée du défenseur portugais face à Paris en Coupe. Mais hormis ce match, Tiago Djalo s’est souvent montré infranchissable, en témoigne sa performance lors de la victoire face aux mêmes Parisiens deux semaines plus tard en Ligue 1, cette fois-ci en tant que défenseur droit. On peut (et on doit) lui faire confiance pour tenir les assauts angevins.

A lire aussi :  Un Burak Yilmaz aux statistiques impressionnantes avec le LOSC

Si le scénario du match face à Saint-Etienne vous a stressé, alors qu’en sera-t-il de ce match face à Angers ce dimanche. Si le LOSC ne mène pas à la mi-temps, alors la vraie course contre-la-montre commencera, et la pression ne se fera que de plus en plus oppressante. Commencer ce match pied au plancher, comme face à Lens ou Nice, permettrait de gagner en confiance et de se mettre à l’abri tôt. Car il n’y a aucune raison que ce LOSC ne puisse pas battre Angers, loin d’être l’équipe la plus en forme de Ligue 1 dans cette fin de saison. Mais pour cela, il ne reste plus que 90 minutes à jouer. 90 minutes pour marquer. 90 minutes pour gagner. 90 minutes pour l’Histoire.

Edit : Depuis la parution de cet article, le LOSC a décidé de saisir le CNOSF pour annuler la suspension de José Fonte.

Timothée Barnaud  

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Quelles places va jouer le LOSC cette saison ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR