Rejoignez nous !

Anciens

Un mois plus tard, quel bilan final pour Gérard Lopez ?

Rédacteur Ponctuel

Publié

le

Crédit photo : Imago

En janvier 2017, Gérard Lopez devient le 17ème président du LOSC et arrive à la tête du club avec des grands noms du football et compétents dans leur domaine respectif tel que Marcelo Bielsa, Luis Campos et Marc Ingla. Cette équipe dirigeante laisse entrevoir un projet ambitieux et de très belles perspectives. Mais à la surprise générale, moins de 4 ans après l’homme d’affaire hispano-luxembourgeois est mis sur la touche par le fond d’investissement Elliott, qui revend par la suite le club.

Quel est son bilan ? Le club a-t-il progressé ? Si oui dans quels domaines ? Voici quelques éléments de réponse.  

Sportivement

Ligue 1

 

Coupes nationales

 

Coupes d’Europe

Même si la première année a été très compliquée et que les résultats dans les coupes nationales sont mitigé, le bilan sportif est très bon. En effet, depuis l’arrivée de Christophe Galtier et le recrutement de joueurs expérimentés, le club est devenu sportivement un des meilleurs club de Ligue 1. Cette période est notamment marquée par des exploits dont le 5 à 1 contre le PSG et la victoire 0 à 3 à San Siro. 

 

Financièrement 

Budget annuel

 

Dépenses, recette, dettes

Les données qui vont suivre, sont des chiffres publiés par la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG). Ces chiffres sont arrêtés en août 2019. Pour la saison 2019-2020, la DNCG devrait publier les bilans prochainement.  

Dépenses

Une hausse d’environ 45%

Une hausse d’environ 83%

Recettes 

Une hausse d’environ 0.8%

Une hausse d’environ de 23%

Une hausse d’environ 46%

Dettes

Une hausse d’environ 137%

Il y a une hausse significative du budget annuel accompagnée d’une faible hausse des recettes du club mais également d’une augmentation de certaines charges qui s’explique très probablement par l’apparition du prestataire Scoutly Limited, la cellule de recrutement de Luis Campos. 

Suite à ses mauvaises finances, le LOSC a connu des sanctions de la DNCG et notamment “une rétrogradation en Ligue 2 à titre conservatoire” lors de la première saison pleine de Gérard Lopez. Pire, durant sa première conférence de presse, le nouveau président du club, Oliver Létang a indiqué que le LOSC aurait “probablement été en état de cessation de paiement début janvier”. Serait-ce réellement arrivé ou Gérard Lopez aurait trouvé une énième solution ? Nous le saurons jamais.

 

A lire aussi :  LOSC - OM : les notes des Dogues

Effectif 

Mercato

Les données sont issues du site Transfertmarket

Au niveau du recrutement, le LOSC a franchi une nouvelle dimension. Le club lillois a investi beaucoup d’argent sur plusieurs joueurs (Jonathan David, Yusuf Yazici…) et a attiré des joueurs de renommée internationale comme Renato Sanches ou encore Burak Yilmaz. Le seul point négatif à souligner est la vente trop rapide de certains joueurs à l’image de Victor Osimhen et de Rafael Leao.

 

Gestion

Point positif

Luis Campos, Christophe Galtier et Gérard Lopez ont bien géré le groupe professionnel, que cela soit grâce au bon management, au bon relationnel de l’entraîneur ou encore grâce aux différents suivis des deux ex-dirigeants vis-à-vis des joueurs. Par exemple, Yusuf Yazici a loué l’attitude des deux derniers durant sa longue blessure au journal de L’Equipe : « Ils m’ont appelé presque tous les soirs. Parfois, ils m’ont rendu visite. On ne se connaissait pas. Ça a matché entre nous. J’ai du respect pour eux et il sera durable. »

Points négatifs

Le recrutement massif de jeunes joueurs, cette stratégie permet d’optimiser les chances d’obtenir des futures pépites. Mais elle induit des d’échecs, des désillusions chez les jeunes, une mauvaise concurrence, une augmentation de la masse salariale et du nombre de contrats professionnels. Le tout accompagné d’une faible utilisation des joueurs formés au club.

Le loft de l’été 2017 : Marclo Bielsa décide de mettre au placard 11 joueurs. Cet épisode remet en question l’aspect humain et l’image véhiculée par le club sur la gestion de l’effectif. D’autant plus, que ce loft est constitué de joueurs cadres, de joueurs aimés par les Lillois à l’image de Vincent Enyeama, Marko Baša, Rio Mavuba. Lors d’un entretient pour la Voix du Nord, Gérad Lopez  a toutefois  fait  part de ses regrets vis-à-vis de cette décision « il y a des décisions qui ont été prises mais qui n’auraient pas dû l’être comme cela, je pense notamment au loft ».

 

Communauté

Affluence au stade Pierre Mauroy

 

A lire aussi :  LOSC - OM : les notes des Dogues

Affluence sur les réseaux sociaux

Suite à une activité permanente et à de nombreuses créations de comptes sur les réseaux sociaux depuis 2017, le club a augmenté sa communauté en France et à l’étranger (Chine, Amérique Latine et Afrique) :

  • Le club a atteint la barre symbolique d’un million de fans sur Facebook, dont 35% de son audience est étrangère.
  • Sur l’ensemble des comptes officiels Twitter, le LOSC comporte environs 1 million d’abonnés.
  • Communauté chinoise de plus de 450 000 personnes dans les réseaux sociaux spécifiques à ce pays.

 

Sa transparence vis-à-vis de la situation du club

Si Gérard Lopez a toujours tenu ses promesses à court terme, son manque de transparence sur la situation du club peut-être souligné au regard de la finalité du projet. Son départ inattendu a surpris beaucoup de monde, les supporters, les employés, et même Christophe Galtier. Personne ne semblait au courant, un employé interrogé par le journal 20 Minutes avait réagit : « C’est complètement fou car on se doute qu’ils étaient au courant (…). Mais jamais on n’avait imaginé une revente du club […] On a été un peu bernés » 

 

Conclusion

En 4 ans tout n’a pas été rose, selon les sensibilités, les convictions de chacun, on peut regretter certaines choses comme la communication en début et fin de projet, le gonflement de l’effectif sous Luis Campos, la non-augmentation des recettes du club, la non-utilisation du centre de formation… 

Factuellement Gerard Lopez a fait grandir le club, cela se matérialise par une hausse significative du budget annuel, une augmentation de la communauté, de très bons résultats sportifs, un beau football ainsi que la constitution d’un effectif de qualité. L’ancien président du LOSC était en train de construire un projet ambitieux, le rachat de Mouscron et de Boavista attestait cette volonté de se développer davantage.

Dans son modèle, Gérard Lopez s’est montré en surrégime sportivement et trop ambitieux, minimisant l’aspect financier. Désormais, les espoirs sont tournés vers la nouvelle équipe dirigeante qui tentera de redresser la barre financièrement tout en conservant des ambitions sportives élevées en Ligue 1 et en Europe.

David Henon

1 commentaire

1 commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Quel doit-être le duo le plus utilisé au milieu pour la fin de la saison ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR