Rejoignez nous !

Anciens

Jour 13 du calendrier de l’Avent : Nicolas Fauvergue

Emile Simon

Publié

le

Crédit photo : Le Petit Lillois

En ce 13 décembre, retour sur le premier but de Nicolas Fauvergue en professionnel. Le 16 avril 2005, lors d’un derby, le natif de Béthune marque en toute fin de match, permettant au LOSC de continuer sa route vers le titre de vice-champion de France.

Dans l’ouvrage « Histoire des derbys » (de J.B. Allouard et O. Brochart paru en mai 2012), Nicolas Fauvergue était longuement revenu sur ces débuts en fanfare. Voici quelques extraits de cet épisode marquant…

Une participation inattendue 

A la mi-avril 2005, le LOSC reçoit le RC Lens au Stadium Nord. Une première depuis le déménagement de Grimonprez-Jooris. Les Dogues restent sur sept derbies en championnat, sans la moindre victoire face à leur voisin.
Du haut de ses six matchs en professionnel, Nicolas Fauvergue entrera à la 88ème (le score est alors de 1-1) et offrira la victoire aux siens dans le temps additionnel. Une entrée en jeu inattendue à en croire l’intéressé : “Avec le LOSC, à cette époque-là, j’avais un minimum de temps de jeu. Je pensais être dans le groupe, de là à rentrer et donner la victoire au club… Je l’avais rêvé, mais je ne l’imaginais pas…”

Le numéro 13, déjà satisfait de sa présence sur la feuille de match, s’assoit donc aux côtés de Grégory Malicki, Peter Odemwingie, Mathieu Debuchy ou Grégory Tafforeau sur le banc de touche : “Il y avait du beau monde sur notre feuille de match […] honnêtement, ce jour-là, je ne pensais pas rentrer. Même si je m’étais dit que dans un tel cas de figure, si je faisais mon apparition sur la pelouse et que je donnais la victoire au LOSC, ce serait magnifique ! C’est ce qui est arrivé. Quel beau souvenir ! Quel grand souvenir !”

 

A lire aussi :  Lebo Mothiba (ex-LOSC) a rechuté

Retour sur son but salvateur 

Preuve que ce but reste gravé dans sa mémoire, Fauvergue le décrivait très précisément dans l’ouvrage de J.B. Allouard… pourtant édité sept ans plus tard : “Un centre millimétré de Philippe Brunel que j’aurais dû reprendre de la tête en première intention, mais j’ai préféré contrôler de la poitrine. Le ballon est monté, Jérôme Leroy a mis la main, et l’arbitre a sifflé penalty. Déjà j’étais content car je me disais que j’avais fait mon boulot. Je savais comment Philippe Brunel tirait les penaltys. Il est très fort et j’étais persuadé qu’il allait le marquer. Pour l’avoir vu les tirer à l’entrainement. D’ailleurs, je m’étais placé aux dix-huit mètres, prêt à lui sauter dans les bras. Mais là, il a préféré frapper en force sur Itandje, le ballon m’est revenu dans les pieds, alors que je ne m’y attendais pas, et j’ai mis une mine sans contrôler, presque en fermant les yeux, en mettant tout ce que j’avais dans les jambes. Il y avait du monde devant moi. Gillet se couche, la balle effleure son maillot et là… Folie ! Je suis allé directement vers le banc, car je venais de là. Deux, trois minutes plus tôt, j’y étais encore.”

Il confie également une anecdote de débutant face à la presse : “C’était énorme ! Et cette ambiance dans le stade ! Les supporters scandaient mon nom. Les caméras de Canal+ sont venues pour m’interviewer : la naïveté d’un jeunot « Grâce à moi, on a pris les 3 points… ». Tout le vestiaire a entendu, je me suis fait chambrer ensuite, notamment par Geoffrey Dernis, genre « Nous on a rien fait, tu as tout fait tout seul ».”

 

A lire aussi :  Jérémy Pied (ex-LOSC) raconte les coulisses du titre de champion de France

Amertume vis-à-vis du RC Lens

Passé par le centre de formation lensois entre 1997 et 2001, le béthunois a très mal vécu de ne pas avoir été conservé chez les artésiens : “Lens pour moi c’est un très mauvais souvenir. Je ne regrette pas mes deux premières années chez les jeunes. C’est en U15 que ça s’est gâté. Au bout de deux nouvelles années, on m’a annoncé qu’on ne me gardait pas. Ça m’est resté en travers de la gorge, j’ai failli tout arrêter…”

 

Une carrière qui débute 

Auteur d’une vingtaine de buts sous le maillot lillois durant encore 5 saisons, Nicolas Fauvergue en est certain, c’est ce but face aux Sang & Or qui lança définitivement sa carrière : “Je dirai que (ce match) a un peu lancé ma carrière. J’avais 21 ans, je venais d’inscrire mon premier but en L1, je marquais les esprits d’une région lors d’un derby. […] J’ai kiffé ce moment-là. Depuis, je n’en ai jamais vécu d’aussi intense. D’ailleurs, le maillot de ce match est encadré chez mes parents.”

 

Statistiques lillois de Nicolas Fauvergue 

Sous contrat PRO : de juillet 2003 à juillet 2011 (en prêt entre 2009 et 2011, à Strasbourg puis Sedan)
Première apparition : Lille 0-0 AC Ajaccio 18 octobre 2003 (J10 2003/04)
Matchs :
130
Temps de jeu (en minutes) : 5.007
Buts inscrits : 21
Passes décisives : 5
Cartons : 20 jaunes
Palmarès : Coupe Intertoto 2004, Vice-Champion de France 2005

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

José Fonte réitérera-t-il une saison sans manquer une seule minute ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR