Rejoignez nous !

Anciens

Jour 2 du calendrier de l’Avent : Mathieu Debuchy

Emile Simon

Publié

le

Crédit photo : Le Petit Lillois

Aujourd’hui, ouvrons la case N°2.
Si quelques supporters lillois ont pu réclamer son expulsion ce dimanche, lors du nul 1-1 face aux Verts, Mathieu Debuchy reste un enfant du LOSC. Revivons ci-après les vingts années qu’il a passé au club.

Arrivé au LOSC à huit ans 

Dès 1993, Mathieu Debuchy intègre le LOSC dans la catégorie “poussins”, il n’a alors que 8 ans. Repéré dans un club partenaire de la métropole, il arrive de l’US Fretin, équipe évoluant à proximité de l’aéroport Lille-Lesquin.

Accompagné par son grand frère (Grégoire, de deux ans son ainé), Mathieu fera toutes ses classes chez les Dogues, tout en apparaissant dans les catégories de jeunes en Équipe de France à partir des U15. Mathieu signera son premier contrat professionnel à 18 ans, en juillet 2003.

 

Lancé dans le grand bain par Puel 

Connu pour être un lanceur de talents, Claude Puel donnera rapidement sa chance à Mathieu. C’est en effet le 13 janvier 2004, à seulement 18 ans, que ce dernier fera ses premiers pas en pros, lors d’un 32ème de finale de Coupe de France (0-0, élimination aux tirs aux buts). Le nordiste obtiendra sa première titularisation à Metz (victoire 1-0 du LOSC, le 31 janvier 2004), dans un match crucial pour l’avenir de l’entraineur lillois à la tête des Dogues.

Formé au poste de milieu défensif, puis sur le coté. Le technicien prend alors l’habitude d’utiliser Debuchy en tant que milieu droit (voire même en position d’ailier). L’intéressé disputera une soixantaine de match en position avancée entre 2004 et 2008. On peut notamment le voir devant Mathieu Chalmé sur les compositions face à Manchester United en 2005 et 2007.

Dès ses débuts, le lillois est dans le viseur de la FFF. Il est sélectionné à plusieurs reprises avec les espoirs, et Laurent Blanc devient son tuteur, lors d’un rassemblement de sportifs de haut niveau les Etoiles du sport.

 

Une grave blessure, mais un “dur au mal” 

La carrière naissante de Debuchy est ralentie le 25 mars 2006, lorsqu’il se blesse gravement au genou (J32 contre Strasbourg). Touché aux ligaments croisés, il devra se faire opérer. Et ne reviendra à la compétition que sept mois plus tard, lors d’un match avec l’équipe réserve. Notons qu’il fut d’ailleurs aligné au côté de son frère Grégoire, ce jour-là (son ainé étant revenu jouer avec Lille B entre 2005 et 2007).

Claude Puel loue en Debuchy son engagement : “C’est un joueur qui met la tête là où d’autres ne mettraient pas le pied”. Cette hargne lui permettra d’entrer dans la rotation du coach, même s’il ne sera jamais titulaire indiscutable avec cet entraineur (concurrence de Lichtsteiner ou Chalmé notamment). Gêné par des pépins physiques, il ne dispute par exemple que 18 rencontres toutes compétitions confondues lors de la saison 2007/08.

 

Stabilisation au poste d’arrière droit sous Garcia 

Il faut attendre l’arrivée de Rudi Garcia, pour voir Mathieu se stabiliser au poste de latéral droit. Ce changement définitif lui permet de franchir pour la première fois les 2.000 minutes de jeu sur une saison de L1 (en 2008/09). Avec ce nouveau coach, Debuchy assurera un minimum de 30 matchs chaque saison jusqu’en 2012.

Sa combativité est de nouveau exemplaire. Avec en point d’orgue la 25ème journée de L1 en 2010 à Rennes, que Rudi Garcia relate : “Il était sorti quelques instants. Je l’avais exhorté à ne pas lâcher alors il est retourné sur le terrain et sur son premier ballon, il avait offert une passe décisive avant de s’écrouler au sol. Il n’en pouvait plus. Les examens avaient révélé deux côtes cassées et un décollement de la plèvre. Dans son engagement, il va au-delà de ce qu’il peut. Même s’il y a seulement 5 % de chances que cela se passe bien pour lui, il fonce, pour l’équipe… Je pensais qu’avec l’âge, il allait s’assagir, qu’il aurait moins de cran mais il laisse encore son courage parler, il a ça dans les veines. Même avec un piston en moins, tu sais qu’il sera présent.”

Titulaire indiscutable, Debuchy sera un acteur majeur dans l’obtention du doublé en 2010/11, avec une cinquantaine de rencontres disputées, dont une face au frangin, en 16ème de finale de Coupe de France.

 

Le Grand Stade et puis s’en va 

Formé au club, alors que Luchin n’existait pas encore, Mathieu Debuchy a vécu le développement progressif des années 2000. Il a joué ses premiers matchs à Grimonprez, est devenu titulaire au Stadium, a vécu le déménagement du centre de vie… il ne pouvait donc pas quitter le navire à quelques mois de l’inauguration du Grand Stade.

Retenu avec l’Équipe de France en amical (France 0-0 Uruguay en aout 2012), il ne sera pas du premier match au Stade Pierre-Mauroy, mais y disputera tout de même une dizaine de rencontres sous le maillot lillois. Avant de quitter le club, au mercato d’hiver 2012/13.

Transféré pour 6,5M€ vers Newcastle, il y retrouve alors Yohan Cabaye. Un partenaire bien particulier, puisque les deux compères disputeront un total de 228 matchs en commun (dans 4 équipes différentes : LOSC 163, Newcastle 30, Équipe de France 20, Saint-Etienne 15)

Statistiques lilloises de Mathieu Debuchy 

Sous contrat pro : de juillet 2003 à janvier 2013
Matchs :
306 (seuls Mavuba, Béria et Balmont font mieux au XXIème siècle)
Temps de jeu (en minutes) : 23.338
Buts inscrits : 18 (dont 2 sur pénalty)
Passes décisives : 17
Cartons : 61 jaunes, 5 rouges
Capitanat : Oui (à plusieurs reprises en cours de match, et au moins 4 fois en tant que titulaire en 2012/13)
Palmarès lillois : Champion de France 2011, Vice-Champion de France 2005, Vainqueur de la Coupe de France 2011, Finaliste du Trophée des Champions 2011, Vainqueur de la Coupe Intertoto 2004
Distinctions personnelles : Membre de l’équipe type de L1 UNFP en 2012
Sélections en tant que lillois : 13 matchs et 1 but en Bleu sous contrat au LOSC (sur un total de 27 cap. et 2 buts)
Anecdote en Bleu : En marquant en amical contre l’Islande le 27 mai 2012, Debuchy est le premier buteur lillois sous le maillot de l’Équipe de France, depuis Patrick Parizon le 26 mars 1975 (contre la Hongrie), soit 37 ans plus tard. Depuis, Jonathan Ikoné est le seul dogue a avoir marqué avec l’Équipe de France.

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Faire confiance à la formation du LOSC, est-ce une bonne stratégie ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR