Rejoignez nous !

Anciens

Boro Primorac, l’exemplarité Yougoslave

Thomas Deleglise

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Silencieux et discret dans le vestiaire, Boro Primorac répondait surtout lors des matchs. Le Yougoslave a marqué les esprits de ses coéquipiers et des supporters du LOSC par son implication et son sérieux, de 1983 à 1986.

Marko Baša, Vahid Halilhodžić, Dušan Savić, Stanislav Karasi… Boro Primorac fait partie des quelques Yougoslaves qui ont marqué l’histoire du LOSC. « Un meuble », « Un peu bourrin », « Un guerrier », « Solide et volontaire ». Les supporters Lillois se souviennent de ce grand gaillard d’1m90, et pas pour sa technique balle au pied. Primorac est né à Mostar, en Bosnie (ex-Yougoslavie) et a, dès ces débuts, joué derrière. Son imposante carrure lui a permis de disputer plus de 300 matchs dans son championnat national, 142 avec le Velež Mostar (il a joué avec Vahid) et 178 avec le Hajduk Split. Dix ans après ses débuts en professionnel, il quitte son pays pour rejoindre la France. Le LOSC.

 

« Solide défenseur, un peu mode Cygan si on peut comparer les époques » Vince – Supporter du LOSC

 

La Yougoslavie plaît aux Dogues

Primorac arrive en 1983, comme son compatriote en sélection Dušan Savić (finalement ils ne reporteront plus le maillot de l’équipe nationale après leurs arrivées en Europe). Ces deux-là vont faire se faire remarquer dès leur entrée en compétition. Savić marque le premier but de la saison en D1 et Primorac plante lors du deuxième match de championnat. De quoi faire aimer l’Europe de l’Est aux supporters Lillois.

Crédit photo : LOSC Medias

 

A lire aussi :  Adam, supporter de Prague : « Nous croyons toujours à la qualification »

Le doublé contre Bordeaux en Coupe de France

Savić terminera deux fois meilleur buteur du LOSC en deux saisons. Primorac passera une année de plus que son compatriote. Bilan 120 matchs et 17 buts. On se souviendra surtout de ceux qui ont qualifié le LOSC lors des seizièmes de finale de Coupe de France  contre Bordeaux durant la saison 1984-1985. Les Girondins l’avaient emporté 3-1 lors du match aller. Au retour, les deux équipes repartent au vestiaire à la 90ème pour jouer les prolongations (3-1). Boro Primorac a marqué le deuxième but lillois mais ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et met le ballon au fond des filets dès le retour au jeu. Son coéquipier Dušan Savić marque le dernier but de la partie qui plonge les supporters dans l’euphorie. Le stade est envahi. Le LOSC était Yougoslave ce soir-là.

A lire aussi :  Jour 2 du calendrier de l’Avent : Mathieu Debuchy

 

VA-OM, adjoint de Wenger et directeur d’un centre de formation

Le défenseur quitte finalement le LOSC en 1986 pour rejoindre l’AS Cannes. C’est dans le sud qu’il arrêtera sa carrière de joueur professionnel et qu’il commencera celle d’entraîneur. Exemplaire ? Boro Primorac l’a toujours été en tant que joueur. Ses premières années en tant que coach ont été plus difficiles puisque son nom est apparu dans la célèbre affaire de corruption du match entre Valenciennes et l’OM. Un an après, Arsène Wenger le prend sous son aile en tant qu’entraîneur adjoint au Japon, dans le club de Nagoya Grampus Eight. C’est après qu’il se fera un nom puisqu’il sera le bras droit de l’Alsacien chez les Gunners de 1997 à 2018. Après le départ de Wenger, Primorac est remercié et retourne en Europe de l’Est, à Split, son ancien club. Il est encore aujourd’hui directeur du centre de formation du club. Il a notamment formé un certain Domagoj Bradarić…

Primorac a été appelé par Arsène Wenger pour entraîner au Japon. Ils ont poursuivi leur aventure ensemble à Arsenal durant près de 20 ans.

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sondage de la semaine

Le LOSC doit-il prolonger José Fonte ?

View Results

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR