Rejoignez nous !

Professionnels

Gérard Lopez confirme que Renato Sanches ne partira pas cet été et explique pourquoi

Rayan Bja

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Souvent remis en cause pour son projet de trading, Gérard Lopez, invité de RMC, a tenu à expliquer la manière dont il fonctionnait concernant la vente de certains joueurs. Par la même occasion, il a indiqué vouloir conserver Renato Sanches.

Gérard Lopez est revenu sur son projet de trading qu’il assume entièrement : « Quand je suis rentré dans le foot, de façon très honnête, j’ai présenté un modèle qui permettait de renforcer le club sur quatre, cinq, six ans, c’est-à-dire investir sur des jeunes joueurs, talentueux, créer un environnement qui permettait à ces joueurs de s’exprimer et de présenter un football qui est joli à voir, être compétitif. Après, c’est vrai que pour moi, il est impossible qu’un club français, qui utilise un stade de 50000 personnes, qui a un centre d’entraînement de 30 hectares, qui participe à toutes les compétitions et qui doit faire fonctionner tout ça, puisse vivre des droits télévisuels. J’ai eu l’honnêteté intellectuelle de dire que le seul moyen de compenser ça, c’était par la vente de joueurs et de faire en sorte que le club s’améliore au niveau des résultats. Aujourd’hui, les ventes se situent à trois, quatre joueurs par saison. Si vous voulez avoir un club qui a une ambition européenne et des infrastructures dignes de ce niveau, il n’y a que deux façons : soit avoir un pactole milliardaire prêt à être brûlé dans le foot, soit vous montez un cercle vertueux économique pour permettre au football français de rattraper son retard. Sauf que là, quand je m’énerve sur la situation actuelle, c’est pas qu’on rattrape son retard, on l’accentue. »

Un modèle assumé mais également parfaitement calculé : « J’ai instauré une grille de salaires très précise car c’est un sujet qui est important pour un club qui veut grandir d’une façon intelligente. Donc, un jeune joueur qui arrive chez nous, même s’il est très bon très rapidement, arrive avec un salaire qui, je pense, correspond au joueur. Après, si ça s’accélère, ce n’est pas l’offre que le club va recevoir mais aussi le salaire que le club va proposer et, quatre fois sur cinq, le LOSC ne s’alignera pas car si je m’aligne une fois, l’année où je ne me qualifie pas en Coupe d’Europe ou je ne suis pas bien, je me retrouve avec une masse salariale que je n’arrive plus à gérer et c’est là que mon club est en danger. Mon club n’est pas en danger si je rate une marche une année et que je vends un joueur en plus. Un salaire, vous le portez sur la durée du contrat de quatre ou cinq ans. Dans deux ou trois saisons, peut-être même moins, j’en garderai des joueurs. Par exemple, là j’ai une offre sur la table pour Renato Sanches mais je ne veux pas qu’il parte. Je pars du principe que le club a l’ambition d’être européen chaque saison et je garderai des joueurs. Je l’ai déjà fait pour Pépé, j’ai envie de garder Renato Sanches une saison en plus alors que j’ai des offres qui me permettraient de le vendre pour beaucoup d’argent mais j’ai une ambition. Après, le modèle du football français, quand vous avez un club qui a une certaine taille, c’est que vous devez passer par cette case-là. C’est pas Gérard Lopez qui l’a inventé, la seule chose que j’ai fait, c’est en parler et monter un club qui essaie de bien faire cela. »

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Populaires