Rejoignez nous !

Professionnels

Gérard Lopez a détaillé le projet lillois et son fonctionnement

Rayan Bja

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Invité de l’After Foot, le président du LOSC en a profité pour évoquer la méthode et l’approche lilloise dans le recrutement, la manière de construire l’équipe à partir d’un style de jeu bien défini et établi avec Luis Campos et Christophe Galtier.

Interrogé sur sa vision du football, Gérard Lopez a expliqué comment il voit son projet à Lille : « Pour qu’un club de football marche, ça va être naïf ce que je dis mais il faut que le foot marche. Le marketing, c’est secondaire parce qu’un club de foot n’a qu’un produit, c’est le foot. Vous pouvez faire ce que vous voulez, racheter Messi et Cristiano Ronaldo dans la même équipe, et pour le coup je connais un investisseur qui a tenté de faire le coup, le football sans le football ça ne marche pas.

Je n’ai pas passé énormément de temps sur la billetterie ou autre chose, on a des équipes pour ça. Là où j’ai passé énormément de temps, que ce soit avec le coach, avec Luis ou même avec le coach d’avant, c’est de se dire que le modèle ne peut pas fonctionner en gardant chaque année onze titulaires plus trois ou quatre autres joueurs. A partir de là, qu’est-ce qu’on doit faire ? Il faut qu’on ait un modèle de jeu, une culture de jeu, qu’on se dise voilà comment on veut jouer. Pourquoi ? Parce qu’une fois qu’on se dit ça, on ne dévie pas de ce projet et il est beaucoup plus simple de remplacer un joueur. Quand vous arrivez dans un club, que vous ne savez pas si vous allez jouer en 4-4-2, en 4-2-3-1, en pression haute, en bloc bas, etc…, il est impossible de savoir les joueurs que vous allez acheter. Vous allez alors faire le mercato que font beaucoup de clubs, c’est-à-dire au coup par coup, avec les agents en disant “tiens, j’ai besoin d’un gaucher pour me dépanner”. Quand vous savez que votre ailier droit doit participer au travail défensif, vous n’allez jamais voir un joueur de petit gabarit qui n’est pas capable de bloquer un latéral qui va monter, même si c’est le meilleur joueur au monde. »

Un projet qui s’appuie sur 4 piliers, Luis Campos, Christophe Galtier, un encadrement sportif avec des joueurs d’expérience et un système de jeu prédéfini : « On a beaucoup parlé avec Christophe, on a dit qu’on veut une ossature avec deux, trois, quatre joueurs d’expérience pour encadrer les joueurs sur et en-dehors du terrain. Après, on s’est dit qu’on voulait une équipe capable de jouer 90 minutes à bloc, et ça c’est beaucoup l’âge. Avec Christophe, et c’est le travail de Luis, on s’est dit quel système nous permettra d’arriver à ce résultat. Christophe a proposé le système et Luis a travaillé sur les manquements qu’on avait dans l’effectif pour ce système-là. De là, on est parti chercher des joueurs, dont personne n’avait entendu parler pour certains mais qui correspondait parfaitement aux critères pour pouvoir déployer ce jeu-là. A partir de là, Christophe travaille sur d’autres systèmes mais il est important d’avoir ces bases et, même si on perd trois matchs consécutifs et on l’a fait, de ne pas renier ces bases parce qu’on sait qu’on a les joueurs pour ça. »

Avec le probable rachat de Mouscron, son modèle a été comparé à celui des Red Bull. Une comparaison qui a immédiatement été écartée par le président lillois : « Mon modèle n’est pas comme celui de la galaxie Red Bull. Il peut y avoir des similitudes dans l’approche, la manière de travailler mais eux cherchent plus à promouvoir une marque que Leipzig ou Salzbourg comme une plateforme du football. Moi, je cherche à promouvoir Lille et le LOSC comme une plateforme du football français. »

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Populaires