Rejoignez nous !

Anciens

1988-1989 : L’honorable saison du LOSC

Thomas Deleglise

Publié

le

Crédit photo : LOSC Médias

Le LOSC commence sa dixième saison consécutive en D1. Après avoir terminés 14ème en 1987 puis 12ème en 1988, les joueurs de Georges Heylens comptent poursuivre leur progression qui va les emmener vers une très satisfaisante 8ème place.

Le LOSC est dans sa phase de stabilité depuis une petite dizaine d’année et enchaîne les saisons en D1. Pourtant, l’économie du club est loin d’être stable. Chaque année, on assiste à une ribambelle de départs et une poignée d’arrivées. Le défenseur Da Silva (Alès) arrive au club, Alain Doaré, défenseur lui aussi, et le milieu Philippe Barraud quittent Rennes pour venir à Lille et l’attaquant Roger Boli, frère de Basile, tente sa chance dans le Nord et laisse son club formateur (Auxerre).

Côté départ : Lauricella, 3e gardien de Lille, part à Annecy. Les défenseurs Dominique Thomas et José Pastinelli quittent le LOSC pour Bordeaux et Marseille. Rudi Garcia file à Caen, Jean-François Daniel s’en va à Cannes et Jean-Luc Ribar signe à Quimper. Luc Courson est le seul attaquant à partir (à Calais).

La présidence, Roger Deschodt et Jacques Amyot, fait confiance à Bernard Gardon qui devra remplacer Charly Samoy au poste de directeur sportif. Ancien défenseur central du LOSC, il est réputé pour être aussi rigoureux qu’à l’époque de sa carrière de joueur. Il a pour mission de redonner de l’ambition au club malgré les faibles moyens mis à disposition.

 

A vos marques, prêts ? Raté !

Le LOSC est bien placé sur la ligne de départ et se défait de Laval lors de la première journée de championnat (1-2). Le club de Lille réalise la première victoire à 3 points de son histoire (règle des trois points mise en place cette année-là). Les Lillois accueillent la grande équipe de Marseille pour la première à Grimonprez-Jooris, juste après le décès de Roger Deschodt. Sur le papier, Marseille aligne Di Meco, Sauzée, Abedi Pelé, Cantona et Papin… Pourtant, Philippe Desmet permet à son équipe de mener 1-0 à la 39’ grâce à un gros travail de Vandenbergh. Jusqu’à la 90ème, Lille va essayer de tenir, mais Cantona pousse Doaré à la faute. Il pousse la ballon dans ses propres filets… Comme tout se passe vite dans le football, il ne faut pas quitter le stade avant la fin du match. L’arbitre siffle à la 92ème, et non pas pour annoncer la fin de la rencontre, mais pour signaler une faute dans la surface marseillaise : Penalty pour le LOSC ! Mobati ne tremble pas et transforme le tir au but pour offrir à son équipe une victoire de prestige.

Les Lillois nous font déjà rêver et la suite du championnat s’annonce grandiose. Un rêve dont le réveil est un peu plus brutal : Nul à Monaco puis 4 défaites de suite contre Bordeaux, Nantes, Metz et Cannes. Lille bascule déjà à la 16e place avant le derby contre Lens…

 

Un LOSC irrégulier

Les joueurs de Georges Heylens reprennent des couleurs lors d’un derby mémorable ou Vandenbergh trouve la faille à la 89’ dans les dernières minutes d’un match tendu (1-0). Après une victoire comme celle-ci, on peut s’attendre à un nouvel élan losciste, surtout que le prochain match se joue contre Caen, dernier du championnat. Et bien pas du tout. Les Normands l’emportent 2-1 malgré un but de Roger Boli. Cette fois-ci, la défaite sévère contre la lanterne rouge peut peser dans les têtes lilloises, surtout que les Dogues affrontent le PSG, 2ème avec déjà 6 victoires en 9 matchs. Et bien là encore, détrompez-vous. Le LOSC l’emporte grâce à deux penalty de Desmet et Mobati (2-1). Le prochain match se joue à Auxerre : défaite 1-0. Lille est décidément très irrégulier.

A lire aussi :  Tony Silva, un des seuls gardiens qui a stoppé Cristiano Ronaldo

 

Le coup de boost d’Abedi Pelé

Bernard Gardon s’inquiète de la situation du LOSC qui n’arrive pas à gagner plusieurs matchs d’affilée. Il faut à Georges Heylens un meneur de jeu sensationnel capable de faire la différence dans les grands matchs, comme dans les petits matchs. Il déniche le ghanéen Abedi Pelé, contre qui le LOSC avait joué lors de la deuxième journée de championnat. L’ex marseillais arrive le 15 septembre et joue dès le 17 contre Toulon (0-0). Il ne lui a fallu qu’un match pour s’acclimater au Nord de la France et montrer l’étendu de son talent contre Sochaux. Le LOSC gagne 2-0 grâce à deux buts de Jocelyn Angloma, pourtant placé défenseur central à cause de la blessure de Buisine. Le jeune Guion complète la charnière et assure malgré son faible temps de jeu en D1.

Abedi Pelé marque son premier but avec sa nouvelle équipe contre Toulouse. Ce but ne fera pas la différence puisque Lille se fera égaliser avant la fin (1-1). La défaite à Geoffroy Guichard 2-0 est anecdotique et le LOSC se reprend face à Nice. Erwin Vandenbergh retrouve son instinct de buteur et plante un doublé. Ce n’était pas arrivé depuis le mois d’avril dernier, il bat d’abord le gardien sur une frappe du droit, puis marque le deuxième de la tête.

Pelé, qui n’avait pas participé à la victoire contre Nice, rejoue contre Strasbourg. Il inscrit le premier but du match, et est suivi par Vandenbergh et Boli. Les attaquants sont en forme, Lille gagne 3-1 et compte deux victoires successives, comme au début du championnat. Attention toutefois à ne pas reproduire les mêmes erreurs contre un adversaire plus faible sur le papier. Le Matra Racing se déplace à Grimonprez et veut récupérer des points pour sa course au maintien. Ça commence très mal dans les premières minutes où un parisien se retrouve seul devant les buts lillois. Ce n’est qu’un avertissement puisque le ballon est arrêté sur la ligne par un blanc et rouge. Abedi Pelé sonne la révolte et marque son premier but à Grimonprez-Jooris. Desmet double la mise dix minutes plus tard et le LOSC mène 2-0 à la mi-temps. Angloma manque de marquer l’un des buts de la saison sur une formidable percée d’Abedi Pelé qui dribble toute la défense, le gardien, et donne la balle avant qu’elle ne passe la ligne de corner. Jocelyn Angloma se jette sur le ballon à un mètre des cages mais trouve le poteau. Les Lillois gèrent tranquillement la fin du match et provoquent un penalty dans les dernières secondes, transformé par Vandenbergh. 3-0, fin du match et 3ème victoire consécutive, une première cette saison.

A lire aussi :  Tony Silva, un des seuls gardiens qui a stoppé Cristiano Ronaldo

 

Coup de frein et accélération

Le LOSC va encore prouver son irrégularité sur les matchs suivants. Après un nul satisfaisant au Vélodrome, les Dogues encaissent 4 buts à domicile contre Monaco (2-4), et ne parviennent pas à gagner ni contre Bordeaux (0-0) ni contre Metz (1-1), puis s’inclinent à Nantes (1-0). Ils n’ont pris que 3 points en 5 matchs et repassent en seconde partie de tableau à la 13ème place.

Désormais, Lille doit prendre des points et la tâche semble compliquée puisque les prochaines rencontres sont difficiles. Georges Heylens et les siens doivent ramener un résultat de Bollaert et du Parc des Princes puis gagner contre Auxerre, bien placé au classement. Il faut surtout ne pas perdre de points bêtement contre des équipes prenables comme Strasbourg, Caen et Cannes.

Lille gagne par la plus petite des marges contre Cannes (1-0) grâce à un but d’entrée de jeu de Vandenbergh. Direction Lens pour le derby du Nord. Même si les Lensois sont dernier au classement, un derby est toujours compliqué à jouer. Angloma ouvre la marque en seconde mi-temps et un but de Jean-Guy Wallemme (CSC) vient récompenser les efforts lillois. Le LOSC finit par l’emporter 2-1 et commence une belle série freinée par deux matchs nuls face à Bordeaux et Metz.

Retour en terre lilloise, où le LOSC se sent le mieux (seulement 3 défaites à domicile dans la saison). Lille élimine Strasbourg en Coupe avec un festival offensif du trio Mobati-Pelé- Vandenbergh qui marquent chacun un but (3-0). Le LOSC doit renouveler sa prestation contre Auxerre en championnat, toujours à Grimonprez. Cette fois-ci, moins de buts, mais trois points de pris grâce à Jean-Luc Buisine (1-0). Les Dogues sont sur une série de 6 matchs sans défaite, 2 nuls et 4 victoires, ils montent à la 7ème place du championnat.

 

Une 8ème place honorable

Le problème avec ce LOSC 88-89, c’est que les points faciles ne sont pas souvent pris. Sur les 10 dernières journées, le LOSC perd contre Toulon, Sochaux et le Matra Racing et concède le nul contre des mal classés comme Toulouse, Strasbourg et Saint-Etienne, alors que ces mêmes Lillois sont capables de ramener les 3 points de Montpellier et Nice, ou encore de gagner 8-0 contre Laval. Ce dernier match fut un petit lot de consolation pour les supporters lillois. Doublé de Boli, doublé de Vandenbergh, doublé de Périlleux et même un but de notre gardien Bernard Lama sur penalty. Les Lillois s’en souviendront. Ces derniers matchs de championnat seront toutefois, comme une grosse partie de la saison, irréguliers à un rythme saccadé. Le LOSC ne peut pas espérer mieux qu’une 8ème place honorable à 6 gros points de l’Europe. En Coupe, les Dogues se font éliminer lamentablement contre Mulhouse (3-2) en 8ème de finale. Vandenbergh termine meilleur buteur du LOSC avec 14 buts et l’entraîneur Georges Heylens n’est pas reconduit pour la saison suivante. De belles promesses s’annoncent pour la saison prochaine si le LOSC garde la même équipe (spoil : ça n’arrivera pas).

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Populaires