Rejoignez nous !

Anciens

Neném, un ancien Dogue roi de la plage

Emile Simon

Publié

le

Crédit photo : IconSport

A l’approche de l’ouverture du mercato estival, zoom sur Carlos Alberto Lisboa dit « Neném » qui reste l’une des recrues les plus énigmatiques du LOSC… En effet, après son passage à Lille, le brésilien sera meilleur buteur d’un mondial avec la Seleção.

 

Qui est Neném ?

Né le 25 juin 1975, ce petit milieu offensif (1,72m) arrive à Lille au mercato hivernal 1998/99. On parle d’une somme d’environ 25 millions de francs (soit plus de 3M€ actuels !) pour le faire venir de Rio de Janeiro. A l’époque, Neném est seulement le deuxième brésilien a revêtir la tunique des Dogues après Walquir Mota (entre 1992 et 1994). A la différence de Mota, qui avait déjà passé une dizaine d’années en Europe et surtout en France, Neném arrive lui directement du Brésil.

On se demande pourquoi Vahid Halilhodžić, pourtant sur le banc lillois depuis plusieurs mois, a validé ce renfort onéreux. S’il jouit d’une solide réputation technique, le profil créatif du brésilien contraste avec la rigueur tactique et défensive mise en place par le coach bosniaque.

 

Son bilan au LOSC

Le brésilien prend part à 286 minutes en six rencontres de D2. Trois titularisations (face à Troyes, au Red Star et à Nice) et trois entrées en jeu (face au Mans, Nîmes et Gueugnon).
Temps de jeu auquel viennent s’ajouter 72 minutes en huitièmes de coupe de France contre Guingamp.

Alors qu’il devait animer l’attaque lilloise, Carlos Alberto Lisboa ne marque pas et ne délivre aucune passe décisive… ce qui le fera disparaitre du groupe à l’aube d’un sprint final qui a failli ramener le LOSC en D1 (4ème au classement final à la différence de buts). Rien qu’en indemnité de transfert, Neném à Lille, c’est donc un peu plus de 10.000€ la minute

A lire aussi :  Tony Silva, un des seuls gardiens qui a stoppé Cristiano Ronaldo

Ce fiasco restera d’ailleurs la seule expérience européenne du joueur, qui repart aussitôt pour le Brésil. On peut retrouver sa trace du coté de Figueirense puis de Cruzeiro, mais c’est surtout dans le beach-soccer que sa carrière va décoller.

 

Sa carrière en beach-soccer : « Rei da Praia »

Neném avait déjà commencé à pratiquer le football de plage avant son arrivée à Lille. Il explique y avoir goûté dès 1994 : « Quand j’ai commencé sur le sable, je jouais au football (sur gazon) en même temps. J’ai évolué dans de nombreux clubs, mais je n’avais pas le mental pour devenir un grand joueur et poursuivre une carrière professionnelle. » 

Ayant fait une croix sur sa carrière sur gazon, le milieu auriverde va se consacrer à 100% au football sur sable. Il va croiser du beau monde avec la Seleção de beach, notamment plusieurs joueurs ayant participé à une ou plusieurs “véritables” Coupes du Monde avec le Brésil, dans les années 80′ (Zico, Edinho, Júnior, Paulo Sérgio…). Pourtant l’ancien lillois va faire jeu égal avec ces stars. A ce jour, il est toujours le meilleur buteur de la Seleção de football sur plage avec 336 buts inscrits.

Surnommé « Rei da Praia » (roi de la plage), Neném a remporté 9 des 14 titres mondiaux de son pays dans cette discipline. Il apparaît d’ailleurs au tableau d’honneur des éditions 2002 (meilleur joueur et meilleur buteur) et 2003 (meilleur buteur). Après avoir poursuivi sa carrière, il a pris sa retraite de joueur sur sable en 2009.

A lire aussi :  Tony Silva, un des seuls gardiens qui a stoppé Cristiano Ronaldo

Depuis son passage à l’ère FIFA (en 2005), la discipline se développe considérablement. Le mondial, au préalable organisé par la Beach Soccer Worldwide (BSWW), est passé d’un rythme annuel à un tournoi tous les deux ans . En dehors des spécialistes brésiliens, de nouvelles nations ont été sacrées (la France en 2005, la Russie en 2011 et 2013 et le Portugal en 2015 et 2019). Là encore, l’ancien lillois participe activement au développement de son sport, puisqu’il a été sélectionneur du Japon (2007-09), puis du Qatar (2011-2013). Si la discipline n’est pas encore olympique, cette idée émerge depuis 2016.

 

Du gazon à la plage, un cas unique ?

A noter que Neném n’est pas le seul ex-lillois à avoir été champion du monde de beach soccer puisque Jean-Marie Aubry (gardien du LOSC de 1995 à 1998) était titulaire dans la cage des bleus de Cantona, champions du Monde en 2005. L’ex-portier des Dogues contribua d’ailleurs largement au sacre français par ses “superbes performances”, arrêtant notamment l’essai du portugais Alan, lors de la séance de tirs aux buts en finale.

Espérons que la cellule de recrutement 2020, nous débusque bien des talents pour le football sur gazon… et non pour le sable !

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Populaires