Rejoignez nous !

Interview

Sébastien Corchia : « Je n’ai aucun contact avec le RC Lens »

Baptiste Noet

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Il a passé 3 saisons au LOSC avant de rejoindre le FC Séville en 2017. Le latéral droit Sébastien Corchia est revenu pour Le Petit Lillois sur son passage dans le Nord et en a profité pour parler de la rumeur l’envoyant au RC Lens.

 


 

Ton aventure avec le LOSC a commencé en 2014, mais pas de la meilleure des manières : tu signes d’abord lors du mercato hivernal en janvier 2014 mais ton contrat n’est pas homologué par la DNCG. Tu es donc contraint de rester à Sochaux pour y terminer la saison et tu honores ta parole en rejoignant le LOSC à l’été 2014. Comment as-tu vécu cette période de flottement ?

C’est vrai que ça a été une situation  très particulière. J’étais en train de visiter une maison à Lille quand on m’a appris que la DNCG bloquait le transfert. Ce fut une période bizarre mais ma famille m’a soutenu et je suis quelqu’un qui ne se décourage jamais. Je savais que je devais faire une grosse deuxième partie de saison avec Sochaux pour pouvoir signer au LOSC en juin parce que c’était ce que je voulais. C’est ce qui s’est passé, Hervé Renard, dès mon retour à Sochaux, m’a tout de suite donné énormément de confiance en me faisant jouer milieu droit, ce qui m’a permis de réaliser plusieurs passes décisives et de marquer quelques buts.

 

Avais-tu d’autres sollicitations ? 

Oui, en juin j’avais d’autres possibilités mais je voulais signer à Lille parce que j’aimais beaucoup ce club. Mon passage dans le Nord en janvier a confirmé ce ressenti et m’a fait vraiment une belle impression. J’avais dit qu’en juin je retournerai au LOSC car j’y tenais. En plus de ça, le président Seydoux et René Girard ne m’ont jamais laissé tomber et ont toujours été en contact avec moi. Ils ont toujours eu confiance en moi et ça a beaucoup joué.

 

Tu disputes ton premier match avec Lille pour le 3e tour préliminaire de la Champions League face au Grasshopers Zurich. Tu réalises un gros match en étant décisif sur les deux seuls buts de la rencontre et en y inscrivant ton premier but. Quel souvenir gardes-tu de ce match ?

Très bon, forcément. C’était vraiment la meilleure façon de débuter dans le club avec un but et une passe décisive. Ça restera un super souvenir pour moi car ça a facilité mon intégration dans l’équipe, c’est sûr. J’avais déjà eu la chance de jouer la Coupe d’Europe avec Sochaux la première année alors j’étais heureux de pouvoir y goûter de nouveau.

A lire aussi :  Le débrief d'OGC Nice – LOSC en cinq points

 

« Je n’oublierai jamais que c’est le LOSC et Frédéric Antonetti qui m’ont permis d’être appelé en Equipe de France »

 

Très rapidement, tu t’affirmes comme l’un des meilleurs latéraux de Ligue 1. Un jour, Thiago Silva parle même de toi comme d’un joueur qu’il aimerait voir à ses côtés dans la défense du PSG. Tu t’en souviens ? 

Oui je me rappelle de ça ! C’était un honneur que l’un des meilleurs défenseurs du monde parle ainsi de moi. J’étais très fier mais je me concentrais vraiment sur le terrain et ce que je pouvais apporter au LOSC.

 

Photo by Stephane Valade – Icon Sport

 

Etant un latéral très offensif, comment as-tu vécu ta saison sous René Girard, qui par moment alignait jusqu’à sept ou huit joueurs défensifs au coup d’envoi ? Prend-on moins de plaisir dans de telles dispositions tactiques sur le terrain ?

J’ai beaucoup aimé être entraîné par René Girard. Moi en tout cas, il voulait que je joue mon jeu tout en respectant mon rôle défensivement, et j’ai pris beaucoup de plaisir sur le terrain.

 

Ensuite, la saison d’après, grâce au bon travail d’Antonetti, le LOSC récupère tout son retard au classement en quelques mois et arrache la cinquième place lors de la dernière journée de la saison 2015/2016. Ça plus une finale de Coupe de la Ligue et une convocation en Bleu, c’était quand même une sacrée fin de saison…

Oui on a réalisé une très belle fin de saison ! Je me souviens très bien du dernier match qui était à Saint-Etienne où l’on remporte pour arracher la 5ème place. Ma première sélection, je ne l’oublierai jamais, c’était incroyable. Ça restera un des plus beaux souvenirs de ma carrière. Et je n’oublierai jamais que c’est le LOSC, avec Fréderic Antonetti, qui m’a permis d’avoir l’honneur d’être appelé en Equipe de France. C’étais une fierté énorme de pouvoir représenter mon pays.

 

« J’aime beaucoup la ville de Lille et les gens y sont très chaleureux »

 

Le LOSC est le club avec lequel tu as le plus joué dans ta carrière. Est-ce celui qui t’a le plus marqué jusqu’ici ?

J’ai passé trois magnifiques années au LOSC. C’est un club qui m’a marqué et j’ai vécu des choses inoubliables là bas. J’aimais beaucoup ce club et je l’aime toujours d’ailleurs.

A lire aussi :  Le débrief d'OGC Nice – LOSC en cinq points

 

Pendant ton passage à Lille, tu as connu pas moins de 6 entraîneurs : René Girard, Hervé Renard, Patrick Collot (qui a assuré l’intérim à deux reprises), Frédéric Antonetti, Franck Passi et Marcelo Bielsa. Que retiens-tu de ces coachs et lequel t’a le plus marqué ? 

Chacun d’entre eux m’a apporté quelque chose, mais l’entraîneur qui m’a marqué, qui m’a apporté le plus et avec qui je me sentais le mieux sur le terrain, c’était sans hésiter Frederic Antonetti. Il a une très grande connaissance du football et m’a permis de m’épanouir pleinement sur le terrain.

 

Quel lien entretenais-tu avec les supporters lillois ?

Je garde un super souvenir du public. J’entretenais une relation particulière avec eux, je sentais qu’ils m’appréciaient. Ils m’ont toujours soutenu, ils sont très important pour le club. En plus de ça, j’aime beaucoup cette ville car les gens sont très chaleureux. J’ai gardé de belles amitiés là-bas. Je me suis aussi engagé avec l’association « Des étoiles dans les yeux » dont je suis un des parrains, qui consiste a créer des salles dans les hôpitaux pour permettre aux enfants malades de faire du sport. J’appréciais également beaucoup une fois par semaine, animer un entraînement avec des enfants au Futsal de Villeneuve d’Ascq, qui était à l’époque l’Académie Balmont.

Photo by Iconsport

 

Après un prêt à Benfica où tu t’es malheureusement blessé, Séville t’a de nouveau prêté. Cette fois à l’Espanyol de Barcelone, où tu as été victime d’une nouvelle blessure qui t’empêche de disputer beaucoup de matchs. Comment vis-tu ces moments compliqués ? Parviens-tu à garder le moral malgré le sort qui s’acharne ?

J’ai bien récupéré de ma blessure, je me suis fait opérer mi-décembre du ménisque externe. Ça a duré un peu de temps parce que je me suis fait suturer le ménisque plutôt que de le retirer, ce qui me permet de ne pas abîmer mon genou pour la suite et c’est très bien. Aujourd’hui je me sens bien et le confinement m’a permis de bien récupérer. Là, je suis prêt a reprendre progressivement les entraînements avec le groupe, ce qui est une très bonne chose parce qu’ici nous avons repris au centre avec toutes les règles de sécurité.

 

Enfin, on a beaucoup entendu parler de toi ces dernières semaines pour un potentiel transfert chez le rival lensois. Qu’as-tu à dire sur ces rumeurs ?

Mon agent s’est exprimé et je ne compte pas m’étendre plus en détail. En tout cas, il n’y a aucun contact.

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR