Rejoignez nous !

Professionnels

Obraniak : « Ryan Giggs ? Je n’ai jamais pu retrouver du respect pour ce joueur »

Publié

le

De passage dans l’emission 100% Ligue 1, Ludovic Obraniak a raconté de nombreuses anecdotes à propos de son passage au LOSC

 

Son arrivée au LOSC, en 2007…

« Tout s’est enchaîné très rapidement après mon départ de Metz au mercato d’hiver. Les choses s’accélèrent. Je n’ai pas eu le temps de cogiter, j’ai tout de suite été mis dans le bain. Il fallait que je me mette au diapason. J’avais la chance de connaître plusieurs personnes du groupe, comme Jean II Makoun ou Kader Keita. Il y avait des tauliers dans cette équipe qui m’ont accueilli à bras ouverts, des leaders de vestiaire comme Mathieu Chalmé ou Grégory Tafforeau. Cette équipe était tellement bien sur le plan humain que c’était très facile de s’intégrer. »

 

La rencontre contre Manchester United…

« Le match face à Manchester United ? Ç’a été une belle fête malgré que ce soit à Bollaert. Pour nos supporters, c’était la solution la plus facile pour qu’ils puissent se déplacer. Le stade était bondé et ça a contribué à mettre la pression sur Manchester. D’ailleurs, on a été un peu naïf mais c’était une très très grande équipe.

Sur le but de Ryan Giggs, on s’est senti floué. Il pose le ballon, il regarde l’arbitre, deux joueurs de Manchester discutent ensemble, l’arbitre ne lève pas le bras pour dire que c’est un coup franc direct, il déclenche son tir alors qu’il y a 2 secondes il parlait à un joueur, le gardien plaçait son mur… On a eu le réflexe, par injustice totale, de sortir du stade ! Les mecs de l’UEFA sont venus nous voir et nous ont dit “Eh les p’tit Lillois, si vous voulez revenir en Ligue des Champions, retournez tout de suite sur le terrain parce que sinon il va y avoir des conséquences.” C’est là que tu sens clairement que tu rentres dans la cour des grands et que t’es un petit. En plus, derrière il nous refuse un but pour une faute sur un coup d’épaule contre Vidic alors qu’en Angleterre, jamais tu siffles ça. On s’est vraiment senti volé sur ce match. Le haut niveau, c’est aussi du vice. Mais, je n’ai jamais pu retrouver du respect pour ce joueur qui est un joueur de très haut niveau. Franchement, c’était l’année où c’était possible de les prendre alors que c’était la meilleure équipe de Manchester. »

 

La concurrence et Eden Hazard

« Quand j’arrive à Lille, je suis censé remplacer Michel Bastos qui a fait 6 mois cataclysmique et qui est en instance de retourner au Brésil. Je viens pour le remplacer côté gauche. Sauf que, quand j’arrive, Michel se sent menacé et se met à rejouer correctement. Le coach est un peu embêté puis il a trouvé la solution : il a replacé Mathieu Debuchy arrière droit et il m’a décalé à droite laissant Michel à gauche. Pendant 6 mois, on est devenus très potes et l’année d’après, avec Rudi Garcia, on a été les artisans majeurs du bon début de saison. Mais ça, c’était avant que je reprenne mon carton rouge et que Eden arrive… Il commençait à intégrer le groupe tout doucement et, en quarts de finale à Toulouse, Yohan Cabaye et moi prenons un carton rouge et le rapport de Tony Chapron fait qu’on prend 3 matchs tous les deux. Eden est lancé à ce moment là et il brille.

Eden, il était au dessus de tout le monde. Après, c’était dans le travail qu’il avait un problème. À l’entraînement, c’était son cousin. Il ne voulait pas s’entraîner. Tout ce qui était hors compétition ne l’intéressait pas. Mais, avoir autant de talent c’était degueulasse ! D’ailleurs, un jour il y a eu une altercation avec Franck Beria mais il l’avait mérité. Ça était une baffe brève mais qui avait le mérite de remettre le jeune à sa place. C’est parti et cela a eu le mérite de remettre les idées en place.

Ses problèmes à son arrivée au Real Madrid ? Ça ne m’a pas surpris. Il est comme ça… Si vous prenez tous ses débuts de saison professionnels, il arrive en diletant. Le temps qu’il prenne le temps de digérer la prépa, il arrive en forme fin septembre, mi-octobre. »

 

 

Crédit photo : IconSport

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Professionnels

LOSC – PSG à guichets fermés

Publié

le

Comme souvent, la rencontre Lille – Paris se déroulera à guichets fermés. Toutes les places ont trouvé un acquéreur. Le LOSC a essayé de limiter la vente des places aux supporters adverses en proposant des packs de plusieurs matchs puis une priorité aux abonnés.

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Professionnels

Le résumé de la conférence de presse d’avant Lille – PSG

Publié

le

Christophe Galtier et Renato Sanches se sont présentés en conférence de presse d’avant Lille – Paris qui va se dérouler ce dimanche à 21h. Voici un résumé de la conférence avec des extraits du Twitter du LOSC.

 

Le point infirmerie

Christophe Galtier : « Dimanche, j’aurai quasiment à disposition tout l’effectif, hormis Saad et Timothy, qui reviennent au fur et à mesure. Victor Osimhen avait pris un gros choc, comme Benjamin André lors de Lyon – Lille. Ils vont bien. Pour Zeki Celik, il avait ressenti quelques gênes le matin du match. Je n’ai pas voulu prendre le moindre risque. Depuis, il s’entraîne normalement. Il me semble apte. »

La saison de Renato Sanches

Reinidlo : « Je me sens très bien, très intégré au club et aussi à la philosophie de Christophe Galtier. Je ne considère pas que je suis à mon meilleur niveau. Je dois encore travailler. Mon positionnement ? Je suis plus habitué à jouer dans l’axe, mais c’est le coach qui décide. Jouer dans un couloir, si ça me permet d’aider le club, c’est la priorité. »

Christophe Galtier : « Renato s’est intégré très rapidement. Il a une énergie débordante. On a pris le temps. Il travaille bien, il encaisse les matchs. C’est bien pour lui et pour nous. Sa position ? Je ne changerai pas mon système. Il peut apporter dans un couloir, comme dans l’axe. »

 

L’avis sur l’adversaire : le PSG

Renato Sanches : « C’est un club d’un niveau mondial. Ils possèdent un effectif d’une qualité exceptionnelle. C’est un club important. »

Christophe Galtier : « Ils ont 4 joueurs extraordinaires devant. On va devoir aller là où ils ne nous attendent pas. Il y a toujours une obligation de résultat. Le championnat est très important pour le club et le projet. On se doit d’être performants, il y a 3 points en jeu. C’est dommage que le PSG n’ait pas de concurrence. L’an dernier, plusieurs équipes ont fait des exploits contre eux. Cette année, le PSG va vouloir tout gagner. En Ligue 1, il peut y avoir des surprises. Ils se sont déjà inclinés cette saison. »

 

Un match où tout est possible

Renato Sanches : « On prépare chaque match de la même manière et avec le même sérieux, que ce soit contre le PSG ou contre une équipe d’un niveau inférieur comme Epinal, qu’on affrontera en Coupe de France. Nous avons une équipe jeune et talentueuse. On va tout donner pour imposer notre jeu et notre philosophie contre le PSG. On a les qualités pour le faire. »

Christophe Galtier : « Sur un match, tout est envisageable. Quand nous avons eu le bonheur de l’emporter contre le PSG la saison dernière, personne ne pensait qu’il y aurait ce genre de match. Les effectifs ont changé. Le PSG de la fin de saison dernière n’est pas celui d’aujourd’hui. »

 

La conférence en video

 

Crédit photo : Iconsport

Lire l'article

Professionnels

Galtier : « L’objectif qui m’a été fixé est d’être européen en fin de saison »

Publié

le

Interviewé dans Europe 1, Christophe Galtier est revenu sur la Ligue des Champions et les prochains objectifs à tenir.

« C’était un groupe très difficile. C’était 3 équipes qui ont l’habitude de cette compétition, avec des effectifs construits pour être compétitif en Champions League. Le souvenir que j’ai, c’est que si nous marquions à la dernière minute contre Chelsea, ils étaient éliminés.

On n’a pas marqué assez de points, on n’a pas marqué assez de buts et on n’a pas été performants dans les deux surfaces. Je crois que ces l’apprentissage du club, de vivre cette compétition qui se joue sur des détails. Il y a beaucoup à apprendre en terme d’intensité, d’efficacité dans cette compétition. L’expérience, avec un effectif reconstruit, elle s’acquiert pas aussi facilement que ça.

Pour que cette campagne, négative en terme de résultats et assez intéressante dans le jeu sur certains matchs, soit bénéfique, il faut y revenir très rapidement. Si chaque année, le LOSC arrive, à force de travail ou de malice, à se qualifier pour la Champion’s League ou l’Europa League, ça serait très intéressant pour le projet et pour les jeunes de l’effectif.

Je ne crois pas qu’il y ait une obligation financière de qualification en Champion’s League mais l’objectif sportif qui m’a été fixé est d’être européen en fin de saison. Il faut être ambitieux et viser la Champion’s League et, si on n’arrive pas, aller en Europa League. »

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Populaires