Rejoignez nous !

Anciens

Il y a 13 ans, le LOSC battait le grand Milan AC…

Publié

le

Il y a treize années jour pour jour, le LOSC se déplaçait au Stade Giuseppe-Meazza afin d’y affronter l’AC Milan dans le cadre de la sixième et dernière journée du groupe H de la Ligue des Champions 2006-2007. Retour sur un match qui aura marqué l’esprit de nombreux supporters lillois.

Ce match est notamment connu comme étant la première victoire d’un club français contre l’AC Milan au Stade San Siro sans oublier que cette victoire sur le score de deux buts à zéro a permis au club Lillois de se qualifier pour la première fois de son histoire aux huitièmes de finale de la Ligue des Champions.

Les compositions des deux équipes 

LOSC : G. Malicki – M. Chalmé – N. Plestan – E. Tavlarídis – G. Tafforeau (C) – Y. Cabaye – J. II Makoun – K. Keita – M. Debuchy – M. Bodmer – P. Odemwingie

Crédit photo : IconSport

AC Milan : Z. Kalac – D. Bonera – D. Šimić – K. Kaladze – M. Jankulovski – C. Brocchi – A. Pirlo – M. Ambrosini (C) – Y. Gourcuff – F. Inzaghi – M. Borriello

 

Les 2 buts lillois 

7e minute : sur une frappe puissante de M. Bodmer aux 30 mètres, Kalac relâche le ballon. P. Odemwingie qui a suivi le mouvement n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets.

67e minute : K. Keita après une longue course rapide et un une-deux efficace avec M. Bodmer gagna son duel face au gardien Milanais quelques minutes après l’heure de jeu.

Crédit photo : IconSport

 

Les réactions de C. Ancelotti et de C. Puel : 

C. Ancelotti : « On a été piètres, je ne crois pas qu’on ai déjà aussi mal joué. Je pensais qu’on s’améliorait, ce n’est pas le cas. On n’a eu aucune idée, aucune lucidité, aucune détermination. La défaite n’est pas trop douloureuse, vu notre qualification, mais on va devoir travailler beaucoup avant les huitièmes de finale. L’équipe est unie, mais il faudra en donner plus et j’espère que cette défaite sera un signal. »

C. Puel : « Je dirais pas que c’est un rêve qui se réalise, mais c’est un objectif qu’on est parvenu à atteindre. On a été très sereins et je pense qu’on mérite la victoire et la qualification. Je n’avais même pas regardé l’équipe milanaise, j’étais certain qu’on pouvait décrocher un bon résultat si on jouait à notre plein potentiel. Milan était déjà qualifié, mais nous a donné du fil à retordre jusqu’à notre second but. Pour moi, c’est notre meilleure performance en deux ans d’UEFA Champions League. On s’est amélioré par rapport à l’an dernier, on a marqué 8 buts contre un seul la saison dernière. On est un petit club, mais on est en bonne voie pour rester dans la compétition à ce niveau. »

Crédit photo : IconSport

 

Les témoignages des supporters

– Jo’ du Temple : « En ce temps là, j’avais un commerce sur Mons et, habituellement, on fermait à 21h. Ce jour là, j’ai fermé plus tôt tellement on avait hâte de voir le match. Je l’ai regardé avec mon père comme 99% de mes matchs. On y croyait moyennement. Personnellement, je n’étais pas fan de Grégory Malicki dans les buts, même s’il a fait de beaux matchs par la suite, surtout après sa carrière au LOSC. Mais à ce moment là, je voyais notre gardien en face des joueurs comme Kaka ou Inzaghi donc ce n’était pas facile d’y croire.

La suite m’a totalement contredit. Je me souviens de Kader Keita qui nous sort un gros match, le but de Peter comme si c’était hier. En ce temps là, nos remplaçants, c’était Fauvergue, Robail ou Youla… Et ce soir là, on bat le Milan AC. C’était un truc de fou. Pas aussi fort que la double confrontations contre Parme, mais ce soir là, et surtout le lendemain, c’est un sentiment de fierté qui t’envahit. Pour les plus jeunes, c’est comme si on allait gagner 2-0 sur le terrain de Barcelone aujourd’hui. Je crois même que le lendemain, dans la rue, ma démarche était différente, comme si c’était moi qui avait scoré la veille. On était fiers. Surtout que cette victoire nous amène en huitième de finale. Une première pour nous. Bref, le genre de soirée que l’on va revivre dans un futur proche. »

 

– Olivier : « A l’époque, j’habitais à Cannes (06). Je n’étais qu’à 6 heures de Milan. J’appelle mon Directeur Régional pour lui demander un RTT qu’il m’accorde. Je passe un coup de fil à Lille pour commander une place en parcage qui me sera donnée une fois sur place. Il faut savoir qu’à l’époque, les GPS internationaux n’existaient pas encore… J’arrive dans cette métropole de 7 millions d’habitants aux multiples périphériques où je me perds pendant des heures… Heureusement, à 2 heures du coup d’envoi je vois un panneau “San Siro” ! Nous étions 1500 environ à y croire car il faut remettre les choses dans le contexte : Le Milan AC était une très grosse équipe (qui d’ailleurs allait gagner cette C1). Pour ce match, Ancelotti, déjà qualifié, alignait une équipe bis et, il faut bien le dire, pas très motivée, surtout qu’il n’y avait que 30000 personnes dans ce stade de 70000 places. En revanche, au LOSC, il fallait gagner pour passer en 1/8ème de finale, tout en espérant que l’AEK Athènes ne l’emporte pas à Anderlecht.


Tout commençait bien dès le début avec ce but de Peter Odemwingie mais le match était encore long. On voyait que Milan n’était pas dans un grand soir et c’est Kader Keita qui scellait la rencontre d’un superbe second but ! On se pinçait pour y croire tant l’exploit était retentissant ! Surtout qu’à Bruxelles, l’AEK ne faisait pas mieux que 2-2… Nous étions qualifiés ! À la fin de la rencontre, nous étions nombreux à prendre un verre dans l’un des bistrots du coin puis j’ai ramené quelques lillois à l’aéroport secondaire de Milan à une trentaine de kilomètres au nord de Milan.
Le retour fut pour moi calamiteux ! Au lieu de prendre la route de Genoa (Gênes) , la fatigue aidant, je me trompe et prends la direction de Genova (Genève) lorsque les montagnes, beaucoup trop hautes qu’à l’aller, m’alertaient sur mon erreur. Finalement, je suis rentré à 7h30 à Cannes puis m’en suis allé faire ma journée de travail. Inoubliable ! »

 

Mat’ : « Le soir du mercredi 6 décembre j’étais dans un bar afin de voir le match. Si je ne me trompe pas on était déjà contents avec mes collègues de promo d’avoir terminé les partiels de mi-année. L‘ambiance était tendue avant le match car il fallait un sacré concours de circonstance pour voir les 8èmes : gagner à Milan et espérer un résultat favorable dans l’autre match entre AEK Athènes et Anderlecht. J’avais aussi une pression car certains amis lensois m’annonçaient une déroute et ils en avaient marre qu’on joue à Bollaert… Ils ne voulaient pas nous voir en 8ème.

Du côté de la feuille de match, elle faisait un peu peur défensivement avec Plestan et Malicki par exemple qui sont plutôt habitués à jouer les doublures. Alors qu’en face tu as Pirlo, Gourcuff ou Ambrosini pour alimenter Inzaghi. Mais à peine commandé ma bière que le LOSC est déjà devant avec un but dès la 7ème minute. Je suis debout sur une table… comme beaucoup en hurlant ma joie. Je me dis aussi qu’on a marqué trop tôt, qu’on va se faire rejoindre par le Grand Milan. Même s’il est assuré de terminer premier, perdre à domicile contre un club inconnu ne fera pas plaisir à Ancelotti.

Peu après la pause, l’angoisse montait encore plus. Je vois les cadors restés sur le banc (Seedorf puis Kaka) rentrer. Malgré toute la confiance en mon LOSC, je me dis que ça n’est pas possible, on ne va quand même pas gagner 1-0 à Milan… à la Puel ! Et bien non… à la 67e c’est encore Bodmer (sûrement l’homme du match) qui surprend tout son monde et effectue un une-deux parfait avec Kaaddderrrr ! Là je m’enflamme… Peut être que du haut de mes 18 ans je n’ai pas encore assez d’expérience pour me dire qu’une remontada est possible… Je me dis qu’il ne peut plus rien arriver. On attend, un peu stressé, le résultat de l’AEK qui a remonté 2 buts à Anderlecht. Quand le 2-2 est confirmé j’exulte ! Le lendemain, je me souviens d’avoir acheté L’EQUIPE que j’avais encadré dans ma chambre étudiante… et qui est resté en bonne place jusqu’au diplôme. »

 

Le résumé vidéo de la rencontre

 

Suite à ce match, les Dogues ont hérité de Manchester United en huitièmes de finale : le LOSC perd son match aller à domicile le 20 février 2007 sur le score de un but à zéro sur un but très controversé de Ryan Giggs sur coup-franc. Au retour, les joueurs de Claude Puel s’inclineront aussi sur le plus petit des scores au terme d’un match équilibré face à l’ogre Mancunien.

Crédit photo : IconSport

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Anciens

Tous les maillots du LOSC depuis sa création

Publié

le

Vous avez été nombreux à partager et apprécier le travail de synthèse effectué sur notre compte Twitter StatiLOSC concernant les tenues de nos Dogues

Voici donc – en exclusivité – trois visuels. Le premier met en avant les maillots à domicile connus depuis 1944.

La seconde image met en avant les tuniques extérieures voire les 3èmes maillots.

Et enfin, le dernier visuel fait un zoom sur les kits complets du XXIe siècle.

Ce travail étant l’oeuvre d’une personne, n’hésitez pas à commenter et à proposer vos corrections. Les données fiables se font rares avant 1988.

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Anciens

Jerry Vandam : « J’ai eu la chance de gagner des titres avec le LOSC »

Publié

le

Passé par le LOSC entre 2003 et 2013, Jerry Vandam a accepté de nous donner de ses nouvelles. Après avoir réalisé une bonne partie de sa formation à Lille, le latéral droit a joué dans plusieurs clubs avant de s’éclater au Puy Foot 43, en National avec des objectifs bien précis : « Je vais très bien, cela fait deux ans et demi maintenant que je suis au Puy Foot 43. En venant dans ce club, mon objectif était d’aider l’équipe à monter en National. Ce que nous avons réussi l’année dernière. Cette année on a eu un début de saison très compliqué, avec beaucoup de changements dans l’effectif durant le mois d’octobre. Nous sommes 16ème (sur 18) et on va tout faire pour réaliser notre objectif qui est le maintien. On y croit et c’est tout à fait réalisable. » 

Lancé dans le monde professionnel en 2008, Jerry Vandam a connu le titre avec le LOSC mais il n’a pas réussi à s’imposer dans son club de cœur. Une chose qu’il ne regrette pas complètement : « Je pense que j’ai eu la chance de gagner des titres, de jouer pas mal de matchs en Ligue 1 et de défendre les couleurs de mon club de cœur et formateur. Maintenant il est vrai qu’au retour de mon prêt à Caen (en 2012), j’aurais aimé avoir un peu plus de reconnaissance. Peut-être aussi que je n’ai pas été assez patient mais bon, on m’avait dit aussi certaines choses qui n’ont pas été faites donc c’est là où on peut dire que j’ai un peu de regret. Tant pis, c’est la loi du football professionnel. »

Sans s’être imposé en Ligue 1, le lillois de 31 ans conserve malgré tout de grands souvenirs tout en continuant son histoire : « J’ai vraiment eu de la chance de faire le doublé avec le LOSC. J’en garde de très très bons souvenirs et avec mon accession en national l’an dernier, ce sont mes plus beaux souvenirs en tant que joueur professionnel. » Et évidemment, il n’oublie pas de suivre l’actualité de son club de cœur : « Bien sûr que je suis toujours l’actualité du LOSC, même si les personnes qui dirigeaient à l’époque ne sont plus les mêmes. Mais il y a encore quelques personnes que j’ai connu comme Adama (Soumaoro), Franck (Beria) et d’autres. Je suis leur début de championnat et c’est vrai que c’était un peu difficile en Ligue des Champions mais ç’a permis aux joueurs de prendre de l’expérience. »

Pour finir, nous lui avons demandé quel est son joueur préféré. Une question finalement un peu rhétorique : « Eden Hazard bien évidemment. D’ailleurs, dites-lui que j’attends de ses nouvelles depuis (rire) »

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Anciens

Niakathé devenu patron en Allemagne, Leao buteur en Italie

Publié

le

On connait, actuellement, un ancien Dogue qui a du travail. Le directeur sportif du Barça Eric Abidal doit chercher une solution à la petite crise qui secoue le club de la Catalogne. Pour cela, notre ancien latéral gauche était à la recherche d’un nouvel entraîneur pour remplacer Ernesto Valverde. C’est Quique Setien, annoncé ce lundi, qui est dorénavant à la tête de l’équipe. 

En Angleterre, Djibril Sidibé et Lucas Digne occupaient les couloirs d’Everton lors de la réception du Brighton d’Yves Bissouma, resté sur le banc. Les deux latéraux amènent de la stabilité aux Toffees remontés à la onzième place de Premier League. En s’imposant 1-0 grâce à une passe décisive de Digne, Everton a signé son sixième clean-sheet de la saison. 

En Italie, l’AC Milan s’est imposé à Cagliari avec un Rafael Leao buteur. Le jeune attaquant de 20 ans était titulaire dans un 4-4-2 au coté de Zlatan Ibrahimovic et a inscrit son deuxième but en Série A après celui marqué en septembre. Très remuant, il aurait même pu obtenir un penalty après avoir pris de vitesse toute la défense sardaignoise. On espère la saison lancé pour notre ancien avant centre qui apprendra beaucoup au coté du géant suédois. 

En Allemagne, la Bundesliga reprendra vendredi. C’est donc l’occasion de parler d’un des tauliers de ce championnat. Moussa Niakhaté, préformé à Lille (2004-2011), est capitaine de Mayence. Sur la phase aller, le natif de Roubaix a raté seulement une rencontre. D’ailleurs lors de ce match, Mayence a totalement sombré s’inclinant 8-0 contre le RB Leipzig. Le taulier de la défense central sait déjà qu’il ira surement voir plus haut haut en fin de saison. Pourquoi pas au Bayern Munich pour former la paire centrale avec Benjamin Pavard. 

En Russie, le championnat lui reprendra, fin février, laissant une longue trêve aux acteurs de la Premier League Russe. Cette trêve nous permet de revenir sur la première partie de saison d’Ezequiel Ponce. L’argentin, qui évolue au Spartak Moscow, a pris part a seize rencontres et s’impose enfin dans une équipe. Auteur de sept buts toutes compétitions confondues, l’ancien d’Athènes, qui fût l’un des chouchous de Bielsa se verrait bien réaliser une deuxième partie de championnat du même acabit.  

Photo by Icon Sport – Ezequiel PONCE

Jerry VanDam et le Puy ont parfaitement réagi après leur piteuse élimination de la semaine passé en coupe de France contre le petit club de Limonest (N3) pourtant réduit à neuf. Le club auvergnat s’est imposé sur la pelouse de Créteil avec un Vandam omniprésent. Le champion de France 2011 était titularisé dans le couloir droit après avoir été au milieu de terrain contre Limonest.

En Ligue 2, Pascal Plancque a perdu son poste d’entraineur des chamois Niortais, tandis que Pape Souaré et l’ESTAC ont raté l’occasion de prendre la tête du championnat en s’inclinant à Clermont. 

Terminons cette rubrique hebdomadaire par un clin d’oeil à Sebastien Pennacchio. Notre ancien milieu de terrain, devenu entraineur adjoint à Niort a vu ses U17 niortais se qualifier pour les seizièmes de finales de la Gambardella.

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Populaires