Rejoignez nous !

Anciens

Il y a 13 ans, le LOSC battait le grand Milan AC…

Publié

le

Il y a treize années jour pour jour, le LOSC se déplaçait au Stade Giuseppe-Meazza afin d’y affronter l’AC Milan dans le cadre de la sixième et dernière journée du groupe H de la Ligue des Champions 2006-2007. Retour sur un match qui aura marqué l’esprit de nombreux supporters lillois.

Ce match est notamment connu comme étant la première victoire d’un club français contre l’AC Milan au Stade San Siro sans oublier que cette victoire sur le score de deux buts à zéro a permis au club Lillois de se qualifier pour la première fois de son histoire aux huitièmes de finale de la Ligue des Champions.

Les compositions des deux équipes 

LOSC : G. Malicki – M. Chalmé – N. Plestan – E. Tavlarídis – G. Tafforeau (C) – Y. Cabaye – J. II Makoun – K. Keita – M. Debuchy – M. Bodmer – P. Odemwingie

Crédit photo : IconSport

AC Milan : Z. Kalac – D. Bonera – D. Šimić – K. Kaladze – M. Jankulovski – C. Brocchi – A. Pirlo – M. Ambrosini (C) – Y. Gourcuff – F. Inzaghi – M. Borriello

 

Les 2 buts lillois 

7e minute : sur une frappe puissante de M. Bodmer aux 30 mètres, Kalac relâche le ballon. P. Odemwingie qui a suivi le mouvement n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets.

67e minute : K. Keita après une longue course rapide et un une-deux efficace avec M. Bodmer gagna son duel face au gardien Milanais quelques minutes après l’heure de jeu.

Crédit photo : IconSport

 

Les réactions de C. Ancelotti et de C. Puel : 

C. Ancelotti : « On a été piètres, je ne crois pas qu’on ai déjà aussi mal joué. Je pensais qu’on s’améliorait, ce n’est pas le cas. On n’a eu aucune idée, aucune lucidité, aucune détermination. La défaite n’est pas trop douloureuse, vu notre qualification, mais on va devoir travailler beaucoup avant les huitièmes de finale. L’équipe est unie, mais il faudra en donner plus et j’espère que cette défaite sera un signal. »

C. Puel : « Je dirais pas que c’est un rêve qui se réalise, mais c’est un objectif qu’on est parvenu à atteindre. On a été très sereins et je pense qu’on mérite la victoire et la qualification. Je n’avais même pas regardé l’équipe milanaise, j’étais certain qu’on pouvait décrocher un bon résultat si on jouait à notre plein potentiel. Milan était déjà qualifié, mais nous a donné du fil à retordre jusqu’à notre second but. Pour moi, c’est notre meilleure performance en deux ans d’UEFA Champions League. On s’est amélioré par rapport à l’an dernier, on a marqué 8 buts contre un seul la saison dernière. On est un petit club, mais on est en bonne voie pour rester dans la compétition à ce niveau. »

Crédit photo : IconSport

 

Les témoignages des supporters

– Jo’ du Temple : « En ce temps là, j’avais un commerce sur Mons et, habituellement, on fermait à 21h. Ce jour là, j’ai fermé plus tôt tellement on avait hâte de voir le match. Je l’ai regardé avec mon père comme 99% de mes matchs. On y croyait moyennement. Personnellement, je n’étais pas fan de Grégory Malicki dans les buts, même s’il a fait de beaux matchs par la suite, surtout après sa carrière au LOSC. Mais à ce moment là, je voyais notre gardien en face des joueurs comme Kaka ou Inzaghi donc ce n’était pas facile d’y croire.

La suite m’a totalement contredit. Je me souviens de Kader Keita qui nous sort un gros match, le but de Peter comme si c’était hier. En ce temps là, nos remplaçants, c’était Fauvergue, Robail ou Youla… Et ce soir là, on bat le Milan AC. C’était un truc de fou. Pas aussi fort que la double confrontations contre Parme, mais ce soir là, et surtout le lendemain, c’est un sentiment de fierté qui t’envahit. Pour les plus jeunes, c’est comme si on allait gagner 2-0 sur le terrain de Barcelone aujourd’hui. Je crois même que le lendemain, dans la rue, ma démarche était différente, comme si c’était moi qui avait scoré la veille. On était fiers. Surtout que cette victoire nous amène en huitième de finale. Une première pour nous. Bref, le genre de soirée que l’on va revivre dans un futur proche. »

 

– Olivier : « A l’époque, j’habitais à Cannes (06). Je n’étais qu’à 6 heures de Milan. J’appelle mon Directeur Régional pour lui demander un RTT qu’il m’accorde. Je passe un coup de fil à Lille pour commander une place en parcage qui me sera donnée une fois sur place. Il faut savoir qu’à l’époque, les GPS internationaux n’existaient pas encore… J’arrive dans cette métropole de 7 millions d’habitants aux multiples périphériques où je me perds pendant des heures… Heureusement, à 2 heures du coup d’envoi je vois un panneau “San Siro” ! Nous étions 1500 environ à y croire car il faut remettre les choses dans le contexte : Le Milan AC était une très grosse équipe (qui d’ailleurs allait gagner cette C1). Pour ce match, Ancelotti, déjà qualifié, alignait une équipe bis et, il faut bien le dire, pas très motivée, surtout qu’il n’y avait que 30000 personnes dans ce stade de 70000 places. En revanche, au LOSC, il fallait gagner pour passer en 1/8ème de finale, tout en espérant que l’AEK Athènes ne l’emporte pas à Anderlecht.


Tout commençait bien dès le début avec ce but de Peter Odemwingie mais le match était encore long. On voyait que Milan n’était pas dans un grand soir et c’est Kader Keita qui scellait la rencontre d’un superbe second but ! On se pinçait pour y croire tant l’exploit était retentissant ! Surtout qu’à Bruxelles, l’AEK ne faisait pas mieux que 2-2… Nous étions qualifiés ! À la fin de la rencontre, nous étions nombreux à prendre un verre dans l’un des bistrots du coin puis j’ai ramené quelques lillois à l’aéroport secondaire de Milan à une trentaine de kilomètres au nord de Milan.
Le retour fut pour moi calamiteux ! Au lieu de prendre la route de Genoa (Gênes) , la fatigue aidant, je me trompe et prends la direction de Genova (Genève) lorsque les montagnes, beaucoup trop hautes qu’à l’aller, m’alertaient sur mon erreur. Finalement, je suis rentré à 7h30 à Cannes puis m’en suis allé faire ma journée de travail. Inoubliable ! »

 

Mat’ : « Le soir du mercredi 6 décembre j’étais dans un bar afin de voir le match. Si je ne me trompe pas on était déjà contents avec mes collègues de promo d’avoir terminé les partiels de mi-année. L‘ambiance était tendue avant le match car il fallait un sacré concours de circonstance pour voir les 8èmes : gagner à Milan et espérer un résultat favorable dans l’autre match entre AEK Athènes et Anderlecht. J’avais aussi une pression car certains amis lensois m’annonçaient une déroute et ils en avaient marre qu’on joue à Bollaert… Ils ne voulaient pas nous voir en 8ème.

Du côté de la feuille de match, elle faisait un peu peur défensivement avec Plestan et Malicki par exemple qui sont plutôt habitués à jouer les doublures. Alors qu’en face tu as Pirlo, Gourcuff ou Ambrosini pour alimenter Inzaghi. Mais à peine commandé ma bière que le LOSC est déjà devant avec un but dès la 7ème minute. Je suis debout sur une table… comme beaucoup en hurlant ma joie. Je me dis aussi qu’on a marqué trop tôt, qu’on va se faire rejoindre par le Grand Milan. Même s’il est assuré de terminer premier, perdre à domicile contre un club inconnu ne fera pas plaisir à Ancelotti.

Peu après la pause, l’angoisse montait encore plus. Je vois les cadors restés sur le banc (Seedorf puis Kaka) rentrer. Malgré toute la confiance en mon LOSC, je me dis que ça n’est pas possible, on ne va quand même pas gagner 1-0 à Milan… à la Puel ! Et bien non… à la 67e c’est encore Bodmer (sûrement l’homme du match) qui surprend tout son monde et effectue un une-deux parfait avec Kaaddderrrr ! Là je m’enflamme… Peut être que du haut de mes 18 ans je n’ai pas encore assez d’expérience pour me dire qu’une remontada est possible… Je me dis qu’il ne peut plus rien arriver. On attend, un peu stressé, le résultat de l’AEK qui a remonté 2 buts à Anderlecht. Quand le 2-2 est confirmé j’exulte ! Le lendemain, je me souviens d’avoir acheté L’EQUIPE que j’avais encadré dans ma chambre étudiante… et qui est resté en bonne place jusqu’au diplôme. »

 

Le résumé vidéo de la rencontre

 

Suite à ce match, les Dogues ont hérité de Manchester United en huitièmes de finale : le LOSC perd son match aller à domicile le 20 février 2007 sur le score de un but à zéro sur un but très controversé de Ryan Giggs sur coup-franc. Au retour, les joueurs de Claude Puel s’inclineront aussi sur le plus petit des scores au terme d’un match équilibré face à l’ogre Mancunien.

Crédit photo : IconSport

Cliquez pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Anciens

Mile Sterjovski devient entraîneur adjoint en Australie

Publié

le

Passé par le LOSC entre 2000 et 2004, Mile Sterjovski va débuter une carrière d’entraîneur adjoint dans un nouveau club australien, le Macarthur FC. Ce club situé dans le sud ouest de Sidney va débuter en première division dès la saison 2020.

Après une fin de carrière en février 2014, Mile Sterjovski avait lancé une académie en Australie, où il entraînait des jeunes joueurs âgés entre cinq à quinze ans. A partir d’aujourd’hui, c’est dans un nouveau rôle, celui d’entraîneur adjoint que l’attaquant australien va poursuivre sa carrière.

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Anciens

Frédéric Paquet devient directeur sportif d’un club de rugby

Publié

le

Passé par le LOSC entre 2004 et 2015, Frédéric Paquet est maintenant directeur sportif d’un club de rugby de deuxième division professionnelle. Passionné par le football américain, l’ancien cadre technique dans le football américain en France a rejoint Provence Rugby, un club situé à Aix en Provence. Ce sera sa deuxième expérience dans le rugby puisqu’il était directeur général de Colomiers Rugby en 2002-2003.

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Anciens

Tous les maillots du LOSC depuis sa création

Publié

le

Vous avez été nombreux à partager et apprécier le travail de synthèse effectué sur notre compte Twitter StatiLOSC concernant les tenues de nos Dogues

Voici donc – en exclusivité – trois visuels. Le premier met en avant les maillots à domicile connus depuis 1944.

La seconde image met en avant les tuniques extérieures voire les 3èmes maillots.

Et enfin, le dernier visuel fait un zoom sur les kits complets du XXIe siècle.

Ce travail étant l’oeuvre d’une personne, n’hésitez pas à commenter et à proposer vos corrections. Les données fiables se font rares avant 1988.

Crédit photo : IconSport

Lire l'article

Populaires