Rejoignez nous !

Professionnels

Karim Abed et le LOSC : une grande histoire d’amour

Publié

le

Ce samedi soir, le match Amiens – Lille (1-0) a été arbitré par Karim Abed. Un arbitre qui a débuté sa carrière en Ligue 1 en 2016 et qui a arbitré 8 matchs du LOSC. Retour sur ces différents matchs…

– 17 septembre 2016 : Lorient – Lille (5ème journée L1 2016/2017)

On se retrouve à la 75ème minute où, après un arrêt d’Enyeama, Sunzu récupère le ballon et joue sur Béria en retrait. Le latéral lillois dégage… sur le bras de Sunzu, à moins de 3 mètres de lui. On se dit que la main de Sunzu ne va pas être signalé puisqu’elle est totalement involontaire, sur un dégagement lointain d’un partenaire et que c’est la main de Sunzu qui ramène le danger dans la défense lilloise alors que le dégagement permettait à Lille de sortir. Et pourtant, Karim Abed va signaler pénalty et permettre à Moukandjo d’offrir la victoire aux siens (1-0).

 

– 18 février 2017 : Caen – Lille (26ème journée L1 2016/2017)

Un Lille mal en point, qui vient de se séparer de Patrick Collot, se déplace à Caen avec le tout nouveau Franck Passi. Le match est très disputé quand, sorti de nulle part, Karim Abed décide de sanctionner Adama Soumaoro, à la 63ème minute, d’un carton rouge pour un accrochage absolument minime avec Ivan Santini qui, bien évidemment, s’en sortira sans un quelconque carton. Heureusement, Lille ouvrira le score quelques minutes plus tard par El Ghazi et s’imposera sur la pelouse de Caen (0-1).

 

– 1er avril 2018 : Lille – Amiens (31ème journée L1 2017/2018)

En difficulté depuis l’arrivée de Christophe Galtier, les Lillois disputent un match de la mort, à domicile mais à huis-clos, face à Amiens dans la course au maintien. Lille est mené au score quand, en fin de match, à 10 minutes de la fin, une frappe de Thiago Mendes est déviée dans la surface par un bras totalement décollé du défenseur amiénois, qui taclait pour contrer la frappe du milieu brésilien. Résultat ? Absolument rien du tout selon Karim Abed et une nouvelle contre-performance pour le LOSC dans la course pour le maintien.

 

– 26 septembre 2018 : Bordeaux – Lille (7ème journée L1 2018/2019)

Auteur d’un excellent début de saison, Lille se déplace chez un Bordeaux en difficulté. Malgré un match complet du LOSC où seule la réussite aura manquée, Bordeaux s’impose 1-0. Mais il est important de noter que, lors de cette rencontre, Karim Abed a une nouvelle fois expulsé un joueur lillois, à savoir encore Adama Soumaoro, pour 2 cartons jaunes et que certaines situations litigieuses, notamment dans la surface bordelaise, n’ont pas été signalées par le corps arbitral. Mais les situations restaient litigieuses pour le coup.

 

– 22 janvier 2019 : Sète – Lille (16ème de finale Coupe de France 2019)

Face à un club amateur, on savait que les petites situations litigieuses seraient laissés à l’avantage du club amateur. Mais par pour Karim Abed, qui a décidé de très rarement sanctionner les joueurs de Sète, ce qui vaudra à José Fonte de se prendre 2 coups au thorax, l’obligeant à sortir durant la 2ème mi-temps suite à un énième coup reçu. Lille s’imposera 1-0 au final et passera par la petite porte.

Déclaration de Galtier après le match face à Sète

 

– 17 août 2019 : Amiens – Lille (2ème journée L1 2019/2020)

Au terme d’une première mi-temps insipide des deux côtés, Karim Abed, déjà auteur d’une prestation arbitrale très médiocre, décide de continuer de creuser en donnant un carton rouge à Boubakary Soumaré pour une faute légère (mais tacle non maîtrisé), qui n’aurait valu au maximum qu’un carton jaune pour le milieu lillois. Mais après discussion avec les arbitres dans le camion (dont un certain Hakim Ben El Hadj) et sans aller voir de lui-même la faute, il confirme sa décision. Le LOSC s’inclinera finalement 1-0 sur un but de Guirassy à la 70ème minute. A noter que sur le but amiénois, les arbitres laissent l’action se terminer avant de signaler un hors-jeu alors que cela n’a pas été le cas pour Lille en 1ère mi-temps, notamment lorsqu’Osimhen allait au but en 1ère mi-temps sur un hors-jeu très limite.

Comparaison de deux tacles et ses conséquences, avec le même arbitre : Karim Abed.

 

2 autres rencontres du LOSC ont également été arbitrées par Karim Abed. Face à Rennes (défaite 2-0) le 15 avril 2017 et face à Caen (défaite 2-0) le 20 août 2017, soit lors de 2 défaites assez larges et évidentes de Lille. Les seules fois où l’arbitrage n’a pas modifié le cours du jeu par lui même.

3 commentaires

3 Comments

  1. Pingback: Frustrant | Le petit Lillois

  2. Tyrios

    21 août 2019 at 15:02

    On voit qu il est mauvais ou qu il a une dent contre le Losc mais la LFP ne voit rien… Il devrait retourner arbitrer les cfa cet arbitre

    • jacques ledoux

      7 septembre 2019 at 18:59

      meme en CFA ont en veut pas .il faut lui enlever ça licence .

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Professionnels

Un bilan mitigé pour Flips et Sadzoute

Publié

le

Par

Prêtés respectivement à Ajaccio et Pau, Alexis Flips et Scotty Sadzoute ont vécu des soirées compliqués sur le plan individuel pour l’un et sur le plan collectif pour l’autre.

Avec Ajaccio, Flips était titulaire en soutien du buteur corse. Et le Nordiste a eu du mal à se mettre en évidence, sortant à l’heure de jeu après l’égalisation d’Ajaccio (1-1). Mais les mauvaises nouvelles pour lui ne s’arrêtaient pas là puisque Matteo Tramoni, son remplaçant, inscrivait un but et une passe décisive lors des 30 dernières minutes. Au final, Ajaccio s’est imposé 4-2 face au Mans.

Du côté de Pau, Sadzoute était sur le banc et est rentré au poste de latéral gauche, à l’heure de jeu, alors que le score était de 4-1 pour Dunkerque. Le score ne bougera pas jusqu’au coup de sifflet final.

 

Crédit photo : AC Ajaccio 

Lire l'article

Professionnels

Gérard Lopez se confie sur les finances du LOSC

Publié

le

Gérard Lopez s’est exprimé dans Le Figaro, et a expliqué comment se portait les finances au LOSC.

« Le club va extrêmement bien et a les reins solides. Cela va peut-être choquer certains de vos lecteurs, mais nous avons refusé pour à peu près 190 millions d’euros de transferts sur cinq joueurs cet été. Il y a notamment eu une offre de 70 M€ pour Jonathan Ikoné en provenance d’Italie. Si nous étions à Lille uniquement pour faire du trading et de l’argent, comme certains le disent, nous aurions pu faire des ventes pour 360 M€. Mais on ne l’a pas fait. Au contraire, on a été l’un des clubs les plus actifs en termes d’investissements (86,50 M€ d’achat pour 165 M€ de vente).

Je n’ai pas beaucoup communiqué au début du projet, et certains, qui n’y connaissent rien, à la finance, se sont engouffrés dans la brèche en sortant des chiffres erronés sur la dette. Je suis resté stoïque dans des moments que les gens considéraient comme catastrophiques, notamment les passages devant la DNCG. Pour nous, il n’y a jamais eu de surprise. Par contre, il y avait clairement de la jalousie et, quelque part, de la crainte. On a tout le temps été seul. Mais, même dans les moments difficiles, je savais où on allait. »

Crédit photo : LOSC.fr

Lire l'article

Professionnels

Le point recrutement de Gérard Lopez

Publié

le

Gérard Lopez s’est exprimé dans Le Figaro parmi les nombreux sujets, il a abordé le recrutement :

« Les départs bien remplacés ? C’est une combinaison d’anticipation et de respect des promesses. Dites à des jeunes joueurs : « Dans deux ans, on viendra te chercher », peu d’entre eux vous croiront, car le monde du foot est ainsi fait. C’est pourtant notre discours. On prend contact avec les joueurs minimum un an avant leur éventuelle arrivée, souvent beaucoup plus tôt. Ils connaissent le projet et savent qu’ils viendront dans un club où les jeunes joueurs sont respectés.

On a déjà beaucoup parlé du scouting et du logiciel de Luis (Campos), mais la partie humaine est cruciale. Je suis extrêmement impliqué dans les négociations, car je suis le premier ambassadeur du club. Le fait de parler huit langues aide, car je peux échanger nativement avec les potentielles recrues. Nos joueurs s’impliquent aussi beaucoup, décrochent leur téléphone et échangent avec elles. Ils sont nos meilleurs VRP.

Victor est un bon exemple du travail d’anticipation qui est la clé de notre projet. On le suivait depuis ses 17 ans. À l’époque, il avait terminé meilleur buteur du Mondial U17 et n’était a priori pas amené à venir chez nous, car beaucoup de clubs le voulaient. Mais il est resté dans notre base de données et on continuait à le suivre. Avec Luis (Campos), on a essayé de comprendre pourquoi ce joueur connaissait des difficultés à Wolfsburg. Pas seulement en regardant ses stats, mais en communiquant avec lui et ses proches. On a vite compris qu’en le faisant signer on prendrait l’un des meilleurs jeunes avants-centres du monde. Il a été malade et a eu des blessures, mais il n’avait certainement pas perdu son football. Les gens vont dire que c’est facile de raconter cela a posteriori, mais on a quand même payé 12 millions d’euros un joueur qui n’était sur les tablettes d’aucun club de Ligue 1. »

 

Crédit photo : LOSC.fr

Lire l'article

Populaires